Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Y a-t-il un rapport entre l'article 66 de la loi des finances adoptée hier, ouvrant la voie à de nouvelles privatisations, et la révolte déclenchée ce matin dans la zone industrielle de Rouiba.  

Sur fond de non-paiement des salaires, les  ouvriers de la Société nationale des véhicules industriels voient-ils dans ce vote le feu vert donné à la privatisation préméditée d'un complexe paralysé au cours de la dernière période par une opération de déstabilisation menée à partir de divers organismes de l'Etat. "Climat insurrectionnel à la zone industrielle de Rouiba. De violentes émeutes ont éclaté, ce mardi vers 10h, entre les travailleurs de la SNVI (ex-Sonacome) et les forces de l’ordre, rapporte à midi R. Koubabi, le correspondant du quotidien El Watan.

La route reliant Alger à Réghaia est bloquée depuis plus d’une heure par les travailleurs. Des arrestations et des blessés sont enregistrés.

Ces derniers dénoncent le retard enregistré pour le versement du salaire du mois de novembre. « D’habitude on perçoit notre paie le 25 du mois. Cette fois, on a fait plusieurs allers-retours à la poste, on n’a rien trouvé dans nos comptes », s’indigne un employé.

Un autre travailleur affirme que ce problème des salaires n’est que la goutte qui a fait déborder le vase en précisant que la SNVI traverse une période très difficile depuis plus d’un an à cause de l’arrêt de la production depuis plus de 18 mois et le blocage du plan d’investissement. 

« Même ce qui s’est passé hier à l’APN en est pour quelque chose. Nous à la SNVI, on sait très bien qu’il y a des ministres qui veulent saboter la SNVI afin de la privatiser à l’avenir », soupçonne-t-il. Vers 11h, la tension et les affrontements entre les employés de l’entreprise et les forces de l’ordre n’ont toujours pas baissé d’intensité devant sur les deux sens de la voie menant vers Alger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article