Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Tunisie 2011. Photo DR

Tunisie 2011. Photo DR

"Ce n’est pas aux peuples de faire tous les matins la preuve de leur patriotisme en se mettant au garde à vous devant des despotes" disait Hocine Aït Ahmed, en juillet 2011. Il notait : "Le printemps de Tunis et la formidable mobilisation du peuple égyptien ont offert à tout le monde arabe ce cadeau inestimable"A cette occupation massive de l'espace public, l'empire opposera rapidement la stratégie de la militarisation de la révolte, qui a réussi à contenir la contagion, à paralyser l'élan des peuples, là les forces de la domination ont su utiliser les faiblesses politiques nationales.

Le grand retour du mot Liberté

Aït Ahmed exposait le 4 Juillet 2011 les raisons de sa satisfaction : "En premier lieu, le grand retour du mot Liberté. Et le démantèlement (enfin ! ) d’ une idée absurde qui a pesé des décennies durant par-dessus la tête de millions d’hommes et de femmes. Une idée qui prétendait que les peuples, une fois les indépendances acquises, n’avaient plus rien à conquérir. Tout au plus quelques doléances à caractère matériel.

Ce qui devait être le début d’un processus de libération, la proclamation des indépendances, s’est transformé- a été transformé par la force, la ruse et le chantage- en un long asservissement des consciences. La première et la plus formidable victoire de ce soulèvement des sociétés est d’abord dans l’affirmation d’une idée jusque là interdite : C’est aux dirigeants de plaire à leurs peuples et non le contraire. C’est aux dirigeants de faire la preuve qu’ils aiment leur pays et qu’ils méritent la confiance de leurs peuples. Ce n’est pas aux peuples de faire tous les matins la preuve de leur patriotisme en se mettant au garde à vous devant des despotes".

La stratégie de la militarisation

Dans un article paru à  la fin 2011, je notais : « On le sait, la contagion de cette stratégie démocratique dans le monde arabe a été stoppée par les armes à Sanaa et à Manama, avec l’appui direct et indirect des Saoudiens et des Américains. L’échec de l’option Soleïmane en Egypte -c'est-à-dire celle d’un pouvoir fort garantissant les intérêts israéliens et américains- a sans doute précipité la dangereuse initiative stratégique américano-saoudienne consistant à mettre le paquet pour militariser la révolte populaire ».

En décembre 2012  je constatais le succès provisoire de cette opération stratégique  : "En Libye, on sait la maladresse criminelle avec laquelle Kadhafi a répondu à cette stratégie de militarisation et avec quels résultats. En Syrie, le même aveuglement sectaire, faisant contrepoint à l’incessant harcèlement occidental et saoudien, prémédité, rend de plus en plus difficile une transition démocratique et patriotique et conduit à l’alternative clairement formulée par Lakhdar Ibrahimi : "la solution politique ou l’enfer."

Le blogueur remet en ligne un article qui proposait un bilan de l'année 2011.

2011 : la volonté plébéienne de faire table rase

Par saoudi Abdelaziz. 29 décembre 2011

Les historiens retiendront sans doute un fait majeur : c’est au début de l’année 2011 que les peuples tunisien et égyptien ont pris de court les maîtres du monde, bouleversant les agendas et les timings des stratèges de la domination.

 Des parades ont été conçues à la hâte et mises en œuvre presque au débotté. Le déclenchement des processus de militarisation de la révolte en Libye et en Syrie sont, on le sait mieux aujourd’hui, des opérations où a été mis en œuvre « l’ingénierie sociale », que Fukuyama préconisait lorsque « la fin de l’histoire » ne s’est pas présenté au rendez vous.

 L’objectif dans le monde arabe est d’empêcher qu’après l’Egypte et la Tunisie -et au moment où les peuples du Yémen et du Bahrein se mettaient en mouvement- ne se répande l’hégémonie des peuples dans l’espace public.

 C’était et cela reste le danger principal pour la domination mondiale de l’Empire et de ses castes locales, car il pourrait radicalement régénérer les pratiques politiques de souveraineté dans les Nations.

 L’ingénierie sociale est une science du contrôle et de la subversion préventive des sociétés dont les prémices ont été rationalisées par les scientifiques de la Rank Corporation alors que l’Empire déménageait du Vietnam, et appliqués avec succès au Chili au début des années 70 avec la liquidation du gouvernement de gauche de Salvatore Allende.

On avait combiné de manière étroitement coordonnée pénuries, campagnes médiatiques de calomnie, grèves des transports, manipulation de groupes gauchistes, divisions et corruption au sein de l’armée, etc.

Un savoir a été depuis accumulé avec la mise en œuvre de la stratégie de la tension dans l’Italie des années de plomb qui a porté très haut l’art de l’infiltration, de l’utilisation des repentis… et a servi plus tard à la systématisation de l’utilisation de l’ennemi terroriste.

 Il faudra faire l’inventaire de ce savoir accumulé par les services chargés de protéger la domination, dont le travail est depuis une cinquantaine d’années organiquement lié à la conduite du système médiatique mondial. Les gouvernements changent mais ce savoir est constamment enrichi, chaque nouvelle recette est expérimentée. « Pour tout service de renseignement sur ce point en accord avec la théorie clausewitzienne, un savoir doit devenir un pouvoir ».

 Il est possible que dans ce domaine, l’année 2011, malgré les apparences, marquera un tournant. Elle a en effet mis en relief l’incapacité de la domination de prévoir, et donc l’insuffisance de son savoir. C’est la donnée majeure révélée par les Révolutions tunisienne et égyptienne qui n’ont d’ailleurs pas épuisé leur capacité à surprendre. Les Américains n’ont rien prémédité dans ces deux pays comme ils veulent le faire croire par des indiscrétions calculées.

D’autres levées de masse en cours dans les pays arabes, en Afrique et de par le monde permettent d’espérer le retour des vastes mouvements populaires, qui, seuls, paralyseront les artisans des complots scientifiques, déjà sévèrement désarçonnés en 2011 (...).

 

 

Commenter cet article

Annonces Algérie 16/01/2017 23:47

«C’est aux dirigeants de plaire à leurs peuples et non le contraire» paroles de sage! Paix à ton âme dal'Hocine!