Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Álvaro Cunhal, dirigeant historique du parti communiste portugais. Mort en 2005. Photo DR

Álvaro Cunhal, dirigeant historique du parti communiste portugais. Mort en 2005. Photo DR

Le chef du Parti socialiste portugais, Antonio Costa, soutenu au Parlement par le parti communiste et le bloc de gauche (proche de Syriza), a été chargé "à contre cœur" par le président de la République, Anibal Cavaco Silva, de former un gouvernement. Cette alliance inédite de la gauche compte mettre fin à la politique d’austérité menée par la droite depuis 2011.

"La rupture est ainsi consommée note l'AFP, entre le PS et le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) de M. Passos Coelho, après 40 ans d’alternance au pouvoir et d’entente tacite sur les grands sujets de politique économique et internationale". Le PS a ignoré «nos efforts pour créer une majorité d’inspiration européenne et atlantiste», a regretté de son côté Marco Antonio Costa, porte-parole du PSD, qui se prépare à une opposition sans concession.

Marges de manœuvre

"De quelle marge de manœuvre, le nouveau gouvernement va-t-il bénéficier" s'interroge François Leclerc qui ajoute : " Les autorités européennes, qui ont préféré garder un prudent silence forts d’une expérience passée ratée, ont d’autres chats à fouetter, le Portugal étant sorti de son plan de sauvetage. Les marchés dont la vindicte a été appelée par la droite n’auront pas leur mot à dire au cours de l’année qui vient, les besoins de financement de l’État ayant été anticipés pour profiter des bas taux d’intérêt de la dette portugaise. Enfin, il est peu probable que la coalition parlementaire puisse éclater rapidement, aucune de ses composantes n’ayant intérêt à retourner devant les électeurs après en avoir pris l’initiative. La marge de manœuvre d’Antonio Costa va être plus large que celle de Syriza en Grèce (...)

Les communistes portugais approfondissent leur politique unitaire

Nous évoquions dans le blog, en 2013 à l'occasion des élections municipales "une des originalités du paysage politique portugais": La Coalition démocratique unitaire regroupe, depuis 1987, le Parti communiste portugais (PCP) et Les Verts a permis aux deux partis d'affronter ensemble les élections. Fondé en 1921, le Parti communiste portugais est le plus ancien parti portugais encore représenté au Parlement. De leur côté, les Verts portugais sont affiliés au Parti vert européen. Les choses ont progressé depuis. Sous le titre "L'unité de la gauche portugaise : un événement d’une portée considérable" Philippe Marlière écrit sur son blog : "Pour la première fois depuis la Révolution des œillets en 1974, la gauche portugaise (Parti socialiste, Bloco de Esquerda et CDU, qui regroupe le Parti communiste et les Verts) est unie. Elle vient de sceller un accord de gouvernement sans participation ministérielle de BE, du PCP et du PVE, qui pose les bases d’une politique antiaustéritaire engageant l’ensemble de la gauche". Sa Conclusion : "Cette coalition ne sera pas un long fleuve tranquille. Il faut même s’attendre à des tensions et à des désaccords importants entre les divers partis de gauche (...) Une chose est sûre, l’unité a redonné espoir au peuple et le premier qui la remettra en cause perdra gros."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article