Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les signataires de la lettre des 19 sont "tous managés par la police politique officieuse”. Le président du RCD, Mohcine Belabbas, lance un gros pavé. Selon lui, la lettre des “19” ne serait qu’une “manœuvre improvisée qui s’inscrit en tous points dans le cadre des soubresauts des luttes entre les clans d’un même système”. Le chef du RCD juge que les animateurs de ce groupe seraient des “déchus pour certains et des parvenus pour d’autres, mais tous managés par la police politique officieuse”. Cette police politique qu’il estime, par ailleurs, “réduite à fomenter des scenarii de déstabilisation en actionnant ce qui lui reste comme acteurs publics fidèles et accessibles". Le chef d'un parti de l'opposition ne dit rien de cette "police officieuse" qui pratique la déstabilisation.

A-t-elle un rapport avec le général Toufik dont la photo fait la une des deux principaux quotidiens dits "libéraux" Liberté et El Watan, qui annoncent qu'il va témoigner dans le procès du général Hassan. Salima Tlemçani écrit  dans El Watan : "Son audition va certainement donner une nouvelle tournure à ce dossier qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive." Quelle dossier? On n'en sait trop rien. Elle donne sa version, peu crédible, et du côté de la justice, c'est le silence.

On reste toujours dans le mystère lorsque Khalida Toumi pour expliquer le retrait des signataires de la lettre à Bouteflika dénonce les " pressions odieuses”. Mehdi Mehenni s'interroge dans Liberté : "Mais encore une fois, de quelle nature sont ces pressions ? explique que tous les moyens ont été utilisés et cite, en guise d’exemple, la “maladie” et les “enfants”. Elle n’en dira pas plus sur la nature de ces pressions".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article