Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Noureddine Yassa, directeur du Centre de Recherche pour les énergies renouvelables. Photo DR

Noureddine Yassa, directeur du Centre de Recherche pour les énergies renouvelables. Photo DR

Jeudi dernier, Yassa Noureddine, directeur du Centre de Recherche pour les énergies renouvelables, est revenu à la charge dans une émission de la radio Chaîne 3 . Après avoir noté un "discours plus positif" dans les institutions à l'égard des énergies renouvelables, il énumère nos atouts  : «Nous avons la matière première qui est un territoire vaste et riche en silicium, nous avons un ensoleillement parfait durant toute l'année, et la volonté est pleinement affichée, il faut se mettre à l'action et refléter tous ces programmes sur le terrain". Il explique que si ces programmes existent depuis des années, la stratégie concrète pour leur application n'existe pas encore. Aujourd’hui, avec une capacité en matière de déploiement des énergies renouvelables avoisinant les 22 gigaWatt à l'horizon 2030, l'Algérie est largement dépassée par le Maroc qui non seulement est en phase de satisfaire la demande interne, mais compte exporter vers l'Europe en 2016.

Pourquoi les pouvoirs publics traînent-ils des pieds? En mai dernier  Houda Imane Faraoun qui n'était encore que directrice d'une agence "thématique" gouvernementale semblait donner une caution scientifique à cette passivité. Elle affirmait sans embages que "L’énergie solaire n’est pas une solution pour demain". Elle expliquait notamment : "Contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas de tamiser du sable pour en sortir du silicium, les gisements ne sont en fait pas très abondants."

Depuis cette déclaration, deux événements sont survenus : Mme Faraoun est devenu ministre, mais l'APS titrait le 29 septembre "Energies renouvelable: découverte d’un gisement de silicium d’une réserve de 6 millions de tonnes à Sig". Hafidh Aourag, le directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a qualifié cette découverte de "projet du siècle" dans le domaine des énergies renouvelables.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sekarna 15/11/2015 18:42

Mon opinion personnelle et mes déduction compte tenu du contenu de cet article : "Un manque flagrant de volonté d'aller de l'avant". La matière première, les moyens techniques et humains étant disponibles, je ne vois pas où est le problème et la raison de cette volonté de freiner. Oui, le Maroc, ce pays frère est en phase de devenir pionnier Africain en matière d'énergie solaire.