Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Sécheresse au Maghreb. Photo DR

Sécheresse au Maghreb. Photo DR

L’Afrique n’émet que 4% des gaz à effet de serre de la planète, mais elle est pourtant la principale victime des effets du réchauffement climatique.

Six des dix pays les plus vulnérables à ce phénomène se trouvent sur le continent africain.

Fonte des glaciers du Kilimandjaro, disparition du corail… Les manifestations du changement climatique en Afrique sont multiples. Parmi toutes les formes qu’il peut prendre, c’est l’insécurité alimentaire qui concentre l’inquiétude des chercheurs.

L’agriculture africaine dépend à 95% des précipitations et leur rythme est modifié de façon très différente selon les zones : des sécheresses s’annoncent au sud alors qu’à l’ouest, ce sont plutôt les inondations qui menacent, et avec elles, le développement des maladies tropicales. Certaines terres deviennent impropres à la culture comme dans le Delta du Nil à cause de la montée du niveau de la mer. Un phénomène qui expose également les populations dans les mégalopoles des côtes africaines.

D’ici 2030, on risque de ne plus pouvoir cultiver le maïs, le sorgho ou le millet dans des zones entières. Cela ne représente pas seulement une perte de revenus pour les 65% des travailleurs africains qui vivent de l’agriculture, mais pour l’ensemble des populations : les prix des aliments pourraient augmenter de 70% dans les soixante prochaines années.

Cette insécurité alimentaire pousse les populations rurales à fuir vers les villes ou l’étranger. En 2012, l’Afrique comptait déjà plus de 8 millions de déplacés climatiques.

Le changement climatique aura notamment des effets dévastateurs sur l’Afrique du Nord. Il y aura des morts et des millions de personnes seront forcées de migrer, expliquent Hamza Hamouchene et Mika Minio-Paluello. Lire leur article :

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article