Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Ce qui était sous entendu depuis février 2014 devient un coming out ouvert : Louisa Hanoune dénonce avec fracas les mesures de réorganisation des services de sécurité visant à desserrer l'emprise du DRS-Canal historique sur le fonctionnement des institutions de l'Etat. Et elle appelle à des élections présidentielles anticipées. Elle adopte enfin le mot d'ordre du Canal Historique: Il ne faut pas toucher au mécanismes de domination du système, mais se limiter à changer de président!

Deux images fortes contradictoires ce matin dans les médias. D'un côté, les 8 colonnes à la une d'El Watan et de Liberté qui titrent respectivement : "Une élection présidentielle anticipée reste possible", “Une grave scission au sommet de l’État”. De l'autre, la photo de Bouteflika recevant un chef d'Etat africain, diffusée par l'APS.

El Watan a publié sur son site, hier soir, cette information qui ne figure pas ce matin dans les éditions papier des quotidiens : "Le général Hassan, ex-chef de la lutte antiterrorisme au sein du DRS, a été libéré aujourd'hui lundi de la prison de Blida où il était détenu depuis 5 jours. Aucune charge n'a été retenue contre lui, a appris Elwatan.com. Le général Hassan, «Monsieur antiterrorisme» au sein du DRS, a été placé sous mandat de dépôt par le juge du tribunal militaire de Blida, jeudi dernier".

Après l'annonce d'El Watan,  le site HuffPost-Algérie titre : "Jeu d'échec au sommet". Hebba Selim écrit : "En quatre jours et demi, on assiste à un renversement spectaculaire de la situation. Il est vrai qu'au plan de la communication "officielle", aucune information n'avait été donnée sur l'incarcération du général Hassan à la prison militaire de Blida. Il n'y en aura probablement pas non plus sur cette libération. Cet épisode du général Hassan va nourrir un peu plus les spéculations sur les luttes au sommet du pouvoir algérien".

A propos des interventions fortement médiatisées de Louisa Hanoune, le journaliste du site observe : "Au niveau national où les politiques ont tendance à faire profil bas sur les affaires impliquant l'armée et le DRS, Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) a abordé le sujet de manière directe en dénonçant les accusations "graves" portées contre le général Hassan". Liberté résume ces propos : "Pour Hanoune, toutes ces décisions rendues publiques “font peur au peuple” et révèlent “une grave scission” au sommet de l’État. “Où va le pays ? Que se passe-t-il au sommet de l’État ?”, s’interroge-t-elle, avertissant, au passage, que de tels événements risquent “d’affaiblir l’institution militaire et de remettre en cause la crédibilité de l’État vis-à-vis de la communauté internationale”.

De son côté, le quotidien El Watan annonce avec délectation : "Louisa Hanoune vient de marquer un grand tournant dans ses positions politiques qui convergent désormais avec celles des partis et personnalités politiques réunis dans le cadre de la CLTD. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a relancé, aujourd’hui lundi, le débat sur la tenue d’élections anticipées en Algérie. « L'appel à l'organisation d'une élection anticipée, qu'elle soit présidentielle ou législative, ne relève pas d'un acte d'hérésie ni d'une tentative de renversement », a déclaré Mme Hanoune, à l’ouverture des travaux du bureau politique de son parti".

Ce qui n'était qu'en filigrane depuis février 2014, (Lire : Louisa hanoune rejoint-elle le canal historique) devient un coming out ouvert : Louisa Hanoune réaffirme avec fracas son soutien au DRS Canal-historique, dénonce les mesures de réorganisation des services de sécurité visant à desserrer l'emprise de ce canal historique sur le fonctionnement de l'Etat et de la classe politique. Il ne faut pas toucher au mécanismes de domination du système, mais se limiter à changer de président!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article