Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

NON, la Grèce n'est pas une colonie. Nous pouvons autrement. Place de la Constitution.

NON, la Grèce n'est pas une colonie. Nous pouvons autrement. Place de la Constitution.

Míkis Theodorákis vient de publier un nouveau manifeste, aussitôt approuvé par de nombreuses autres personnalités en Grèce*.

Présenté par Panagiotis Grigoriou

Par son appel, il demande à “faire respecter toute la volonté du peuple grec, comme il s'est exprimé lors du référendum du 5 Juillet et ainsi, stopper l'avancée du mémorandum qui conduira à la destruction et à l'esclavage”.

“Le programme des memoranda, mis en place depuis 2010, viole ouvertement la Constitution, tout comme il viole le droit européen et international. Il a également déjà causé le plus grand désastre économique et social en Europe (occidentale) depuis 1945. La Grèce, est ainsi utilisée comme un ‘ras de laboratoire’ pour tester en avant-première, les méthodes de destruction de l'État social et de la démocratie en Europe”.

“Pour maintenir alors les conditions morales et matérielles les plus élémentaires, nécessaires à la survie du peuple grec, ce programme doit être interrompu, de préférence en accord avec les autres pays de l'UE, ou, si cela est impossible, de façon unilatérale. Il n'y a pas d'autre moyen pour sauver la Grèce et le peuple grec. Ce nouvel accord lequel a été signé sous l’effet de l’humiliation et en usant de moyens illégaux, se traduira par l'accaparement des biens publics et privés des Grecs, y compris, leurs résidences principales, leurs terres agricoles ainsi que les banques du pays.”

Míkis Theodorakis et les autres signataires du texte critiquent le gouvernement “pour avoir agi après le référendum comme si les Grecs avaient voté ‘OUI’, car, au lieu d'organiser la défense du pays, le gouvernement a au contraire, propagé au sein de la population le découragement, la peur et la panique. D’ailleurs, les deux partis qui gouvernent après avoir incarné la lutte contre le mémorandum pendant trois ans et cela jusqu'à la dernière minute, (ils) n’ont pas été préparés et ils n’ont pas préparé le peuple grec et le pays non plus, devant la possibilité très probable de la rupture (vis-à-vis de la Troïka)”.

Les signataires exhortent “le peuple grec, dans l'un des moments les plus dramatiques de son histoire: il ne faut pas perdre son courage car il faut se souvenir de ce que les ancêtres des Grecs d'aujourd'hui avaient enduré, et ils ont survécu après avoir résisté et finalement vaincu, durant l'occupation allemande de 1941 à 1944 et suite à la terrible famine de 1941-1942. La fierté et le patriotisme des Grecs finiront par prévaloir face à la peur, ainsi la Grèce, la Démocratie et le l'Europe démocratique remporteront autant cette bataille.”

 

*Parmi les premiers signataires du texte, et à part Geórgios Kasimatis, professeur de droit constitutionnel à l’Université d'Athènes, se sont joint à l’appel, Yórgos Vichas, cardiologue membre du conseil de l'Ordre des Médecins d'Athènes et initiateur du Centre médical solidaire d’Ellinikón, Státhis Kouvelákis, professeur au King's College de Londres (membre du Comité Central SYRIZA), Dimítris Belandís avocat (membre du Comité Central SYRIZA), Katerina Thanopoúlou (Comité central SYRIZA et Vice-présidente de la Région d’Attique), le caricaturiste Státhis, l’Ambassadeur Thémos Stoforopoulos et le journaliste Mihális Stylianou, directeur de la Radiodiffusion française en langue grecque pendant la dictature des Colonels.

Source: Greekcrisis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article