Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Des marins-pêcheurs intégrés à la Fonction publique

La chronique du Condjador

Jijel, 23 août 2015

Pour commencer, mauvaise saison de pêche 2015

Avec le recul, depuis mars il se confirme que les différents espèces migratoires sont en quantité réduites et parfois sont absentes lors des passages saisonniers sur la côte de Jijel. D'habitude viennent : bouga , sawrel blanche et bleu, liment, bounit, setroum, cavale, anchois. Les seules espèces présentes sont la latcha (le haron), et de petites quantités de sardine –sartatch- qui assurent encore la survie des gens de la mer- marins pêcheurs et armateurs. Nous somme passé au stade de la monopêche, la variété c'est du du passé, un conte entre marins pêcheurs qui se donnent du courage avec de la nostalgie. Un mauvais virage à passer. Le discours religieux, qui a pris la place de la bouteille, est devenue très répandue dans le milieu du port de pêche et nous dope. L’administration ne compatit pas ces dernière années, contrairement au garde de pêche, plus proche du marin pêcheur.

Mensonges de presse

Ces derniers jours, Madame la directrice de la pêche au centre-ville dans son beau bureau fauteuil et clim, a distribué aux armateurs un formulaire, sous forme d'ultimatum interdisant la pêche de la latcha-haron, non conforme dans sa dimension (11 cm). Il parait que l'ordre vient d'en haut, à la suite d'un article paru dans dans la presse nationale sur "le gaspillage et le massacre du poisson que l'on jeterait par tonnes en pleine mer". Mensonges!

Le pêcheur travaille-t-il à la fonction publique?

Avis à tous les repris de justice de Jijel et de toute la côte maritime de l'Algerie qui veulent faire le métier de marin pêcheur. La loi vous donne le droit d'avoir le fascicule –livret de marin pêcheur et de bénéficier de la formation. Mais, votre casier judiciaire doit mentionner une peine de moins de 3 ans. Mais en plus vous devrez vous acquitter des frais de justice et des amendes. Mais, il faut payer surtout el gamila – pour la nourriture et les frais de gardiennage pendant votre peine de prison. Mais et enfin, vous devez faire auprès du procureur de la République une demande de valorisation et réintégration dans la vie civile.

Toutes ces conditions s'appliquent aux embauches dans la fonction publique. Pourquoi les appliquer aux marin pêcheurs?

Une liste de candidats au métier, ayant fait différentes peines de prison a été envoyée au nouveau ministre par le président de la chambre de la pêche et de l'aquaculture de Jijel. On dit que le président de la chambre a demandé une "faveur". Ce qui ne règle pas le problème dans sa globalité, ces "faveurs" occasionnelles ou saisonnières reportent le problème, mais après?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article