Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Dans les éditoriaux des quotidiens "indépendants", c'est Ahmed Ouyahia qui a la vedette ces jours derniers. 

"Ouyahia a du génie"

 Dans son éditorial d'aujourd'hui du Quotidien d'Oran, M. Abdou Benabbou, sous le titre "Les divisions blindées de la main de l'étranger" évoque les dernières "révélations" de l'ancien premier ministre.  "Peu importent les cases et les sphères où on l'intègre souvent, il a cependant pour lui l'avantage de ne pas être familier avec la langue de bois. On doit donc le comprendre quand il s'insurge contre la littérature populiste". Le patron-éditorialiste qui préconise habituellement l'austérité, la discipline salariale et le marche ou crève ajoute à propos de cette "littérature populiste" : "Elle est la meilleure alliée de cette fameuse main de l'étranger que l'on brandit à tout bout de champ sans jamais en définir le profil pour se donner bonne conscience. Bien entendu qu'elle n'est pas chimère et qu'elle a du tenant". Les derniers mots de l'éditorialiste : "et il faudra bien reconnaître à Ouyahia le génie de savoir mettre les pieds dans le plat".

Question: est-ce qu'en défendant systématiquement les intérêts des couches populaire et leur intervention dans le champs politique, le blogueur que je suis, est catalogué dans la catégorie "littérature populiste", et donc "allié à la main de l'étranger"? (Il est vrai que dans une vie antérieure de clandestin Pagsiste-communiste, j'avais été inculpé "d'atteinte à la sureté de intérieure et extérieure de l'Etat" par la sécurité militaire et condamné par contumace par le Tribunal militaire de Blida).

"Ouyahia sait ce qu'il dit"

El Watan se démarque du style ampoulé et allusif de M. Bennabou, qui n'ose pas donner un nom à cette "main de l'étranger", en activité au M'Zab. Ce n'est ni l'Amérique, ni la France, ni Israël révèle Tayeb Belghiche ce matin dans l'éditorial d'El Watan où on peut lire : "Ahmed Ouyahia assez bien placé pour savoir ce qu’il dit a parlé de «la main de l’étranger» et n’a pas eu des mots assez durs pour dénoncer Kameleddine Fekhar, un agitateur très connu dans la région. Lui, également connu pour sa pondération, n’a donné aucun nom, mais tout le monde a compris que les responsables parlent du Maroc". Pourquoi le Maroc ? Il explique : Depuis l'Emir Abdelkader,  "L’hostilité du palais royal à l’égard des Algériens est proverbiale".

"Une conversion qui fait sourire"

"Étrange volière que notre monde politique !, écrit ce matin Mustapha Hammouche dans Contrechamps, sa chronique du quotidien Liberté. "À lire les commentaires qu’elle a suscités, l’image d’Ouyahia en apôtre du parler-vrai et pourfendeur du populisme n’arrive pas à passer. En faisant l’éloge du discours de la vérité, le président du RND a même éveillé les soupçons : ce n’est pas tant la sincérité en politique qu’il défend mais son “rival” du Premier ministère — et candidat à la cooptation pour la présidence — qu’il attaque, explique-t-on. C’est devant les membres de la direction du RND qu’Ouyahia a confessé sa conversion au franc parler. Certains d’entre eux ont dû sourire en écoutant le propos de celui qu’ils ont dû débarquer puis à nouveau intronisé sans qu’ils sachent pourquoi !" 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article