Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Dessin Monique Tello

Dessin Monique Tello

Un wali de Ghardaïa méprisant les partis, les élus et réprimant leurs militants alors que leur rôle est incontournable pour faire reculer le climat de violence. Des décideurs jetant aux oubliettes le rapport irréfutable des experts d'un ministère mettant à nu la fraude à grande échelle pratiquée par les concessionnaires automobiles. Existe-t-il une "ligne de conduite" dans l'action des pouvoirs publics?

 

Mohamed Nebbou dénonce le wali de Ghardaïa

"La population de Ghardaia aspire à vivre dans la paix et dans la sérénité" affirme Mohamed Nebbou qui a pris la tête d'un délégation du FFS qui s'est rendu au Mzab, où l'on observe une recrudescence de tension ces derniers jours. Dans un communiqué publié hier, le premier secrétaire du FFS considère que "le retour de la sécurité dans cette région est plus qu’une urgence, c’est un impératif sécuritaire et politique pour maintenir la cohésion sociale". Le FFS appelle les autorités à assumer leurs responsabilités et assurer la sécurité des biens et des personnes, exige l’application strict de la loi et réitère la demande d’instituer une commission d’enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur les événements survenus dans cette wilaya. Au nom du FFS, Mohamed Nebbou "dénonce énergiquement l’attitude du Wali de Ghardaia qui a refusé de recevoir une délégation des parlementaires du parti". Il exige  la libération immédiate de Noureddine Ben Mohamed Khebiti, un militant du parti, arrêté le deux jours plus tôt "pour des motifs non fondés".  

Concessionnaires automobiles fraudeurs. L'Etat ira-t-il jusqu'au bout?

"Comment peut-elle admettre que Peugeot ait pu perdre 742 millions de dinars en 2013? Est-il possible de récupérer l'argent illégalement transféré par ce concessionnaire?" écrit Abed Charf dans Le Quotidien d'Oran. Les concessionnaires automobiles transfèrent frauduleusement à l'étranger des sommes "faramineuses" a révélé un rapport du ministre du commerce Benyounès. Le journaliste-politologue résume dans le Quotidien d'Oran les techniques utilisées par les concessionnaires. Il s'interroge : " Comment des pratiques à si grande échelle ont-elles été possibles pendant aussi longtemps? Y avait-il des complicités, et où se situaient-elles? Comment est-il possible qu'à aucun niveau de la hiérarchie administrative, personne ne sonne l'alerte ? Quelles poursuites engager contre des fraudeurs avérés ?"

EXTRAITS

(...) Ce que dit le rapport du ministère du commerce
Les faits d'abord. Selon le rapport rendu public par M. Benyounès, des concessionnaires automobiles transféraient massivement des capitaux à l'étranger grâce à des subterfuges financiers qui relèvent de la fraude pure et simple. Certains faits étaient connus, les mécanismes étaient soupçonnés, mais une véritable omerta était en vigueur. Le ministère du Commerce confirme les faits, et en donne l'ampleur. Les concessionnaires créaient des sociétés écran en Europe, qui achetaient des véhicules auprès des constructeurs, et les revendaient à une autre entreprise qui leur appartient, en Algérie. Faire des bénéfices en Algérie ne les intéressait pas ; il y en avait même qui vendaient à perte en Algérie, révèle le rapport du ministère du Commerce. L'essentiel pour eux était de transférer de l'argent à l'étranger. Les faits ont été établis grâce à des vérifications rudimentaires : des concessionnaires affirmaient qu'ils enregistraient des pertes, parfois des dizaines de milliards, alors qu'ils vendaient des dizaines de milliers de véhicules. Comment est-ce possible ? Source :
Le Quotidien d'Oran

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lahlou 18/06/2015 13:08

Bonjour!
la question qui termine l'article sur les concessionnaires et leurs pratiques de fraudes systématiques et de transferts illégaux de fonds,est elle celle d'un auteur ingénu ou reflète-t- elle une sincère ignorance ? Il faut se rendre à l'évidence: il y a tellement de jalousie et "haçd" entre les membres du Cercle Dirigeant qu'il suffit d'une écoute attentive des personnes à leur service pour connaître toutes les combines.
Selon moi la bonne question est : qui aura la bonne dose d''audace et un peu de patriotisme pour exiger l'application de la Loi algérienne, juste la Loi?
Bon Ramadhan aux pratiquants