Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Après l'affaire Gaïd Tahar, on pressentait hier soir, que le décor d'un nouveau feuilleton était en train d'être planté pour entraîner l'opinion dans des bavardages qui mettent sous le boisseau les vrais enjeux.

Le site "bien informé" TSA-Algérie. qui donne souvent le ton médiatique, titre le 13 juin à 18h27. "Clans du pouvoir : les masques sont tombés". La nouvelle qui justifie ce titre à sensation: "Le Secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a annoncé que le FLN ne prendrait pas part à la nouvelle « alliance présidentielle » proposée mercredi par le nouveau patron du RND, Ahmed Ouyahia la jugeant  « prématurée ». Amar Saâdani appelle plutôt à la création d’un « front national » de soutien au Président Bouteflika."

Moins de deux heures plus tard, à 19h53, nouveau titre : "Le RND répond à Amar Saâdani" Le porte-parole du RND, Chihab Seddik déclare : "Nous avons tout le temps de maturer cette question. L’essentiel est de faire front et de renforcer tous ceux qui peuvent apporter un soutien actif et organisé au programme du président."

Sensation plus forte ce matin. Liberté affiche à la une: "Saâdani dit “non” à Ouyahia". El Watan qui ne veut sans doute pas être mis à l'écart du nouveau feuilleton, titre: "Le débat politique s’enflamme. A couteaux tirés !". Madjid Makedhi annonce d'emblée l'évènement qui fait palpiter les Algériens : "La scène politique s’emballe depuis quelques semaines sur fond de recomposition dans et à la périphérie du pouvoir. Le retour d’Ouyahia à la tête du RND et le «plan d’action» dont il a fait part ne semblent pas arranger le FLN de Saadani". Le quotidien n'oublie Louisa Hanoune, guest-star perpétuelle au casting du système. Le journal rend compte de ses réparties dans le feuilleton : "Saâdani est un menteur et Ouyiahia porte deux châpeaux à la fois".  

Carnaval, carnaval, carnaval!

Rachid Halet, membre de l'instance présidentielle du FFS disait hier au meeting de ce parti à Tizi Ouzou ; "Comment savoir si ces changements sont le reflet vrai d’une union retrouvée ou alors un signe de division persistante et de repli politique, comment savoir si ce nouveau dispositif n’est mis en place que pour affronter le peuple et lui imposer de nouvelles options. (...). De son côté, le premier secrétaire du FFS s'exclame au cours du même meeting : "Un carnaval !Quel autre nom donner à la suite de colmatage sans effets sur la crise qui tient lieu de politique à ce pouvoir.Un carnaval la succession de circulaires qui se contredisent. Un carnaval les remaniements qui ne changent rien à rien et qui sont eux-mêmes remaniés. Un carnaval le jeu de chaises musicales censées bouleverser la scène politique. Et un carnaval les polémiques fabriquées de toutes pièces autour d’un propos ou d’une lettre qui n’exprime rien d’autre que la nature avancée d’une crise de l’ensemble du système. Et ce carnaval ne nous donne vraiment pas envie de rire".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article