Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

L'Isco, qui regroupe l'opposition transitionnelle a décidé selon le journal Liberté de "décaler à la rentrée sociale"  ou peut-être même plus tard, le congrès de l'opposition qui était conçu comme un événement spéctaculaire pour hâter la "transition". Ont-ils décidé d'attendre les résultats des tractations en "haut lieu" et la visite de François Hollande et ses "secrets", dont Le Soir d'Algérie fait la une. Khedidja Baba-Ahmed révèle (sic) : "Hollande ne vient pas seulement entendre des interlocuteurs. Il vient aussi montrer le chemin pour sauver un pouvoir qui a fait montre de panique certaine, lui qui a mis des verrous à tous les échelons".

Ouyahia n'est pas seulement l'homme de Tewfik, c'est aussi le poulain de Bouteflika, affirment deux sites d'information électronique vedettes. Vendredi dernier, le politologue Mourad Ghobrini affirmait pourtant le contraire dans El Watan (qui, depuis, ne revient pas sur le sujet) :   Ahmed Ouyahia s'est clairement positionné aujourd'hui en faveur du clan opposé au Président". Nous apprenons sur TSA-Algérie que « l’ordre de réintégrer Ouyahia dans son poste de secrétaire général est venu de la présidence ». Sur le site Algérie focus, qui titre : "Ahmed Ouyahia est-il le mieux placé" ?, Abou Semmar rapporte : " De nombreux hauts gradés de l’armée apprécient Ouyahia et trouvent en lui le dirigeant moderne qui manque à l’Algérie”. Il nous apprend aussi que Mohamed Khelfaoui officier du DRS a déclaré sur le site de la chaîne américaine CNN : " Ouyahia est le mieux placé pour diriger une période de transition après le départ ou la disparition de Bouteflika".

A Paris, pendant ce temps, une rencontre au sommet des "oligarches" algériens les plus influents, s'est tenu hier, sous l'égide de  Business France. Ali Haddad, Issad Rebrab et Laid Benamor on communié autour du développement de la fameuse "colocalisation", dont Jean-Louis Bianco, le nouveau représentant spécial pour les relations économiques franco-algériennes dira : «Nous sommes dans une phase de complémentarité et de co-investissement. L'Algérie sera dans l'avenir la porte de la France en Afrique subsaharienne». Co-investissement? Il annonce d'ores et déjà les bons résultats : 492 entreprises algériennes ont été créées... en France.

 

POST SCRIPTUM

USA et Algérie, victimes des Saoudiens!

L'Algérie au même titre que les Etat-Unis est victime d'une stratégie saoudienne pour empêcher que le gaz de schsite soit rentable. C'est en substance le fil conducteur de la longue dissertation de Abed Charef sur la stratégie pétrolière saoudienne, ce matin dans Le Quotidien d'Oran. Selon lui, avec un prix élevé : " L’Arabie saoudite gagnerait plus. Sauf qu’elle risque ainsi de creuser sa propre tombe, en poussant à la recherche d’alternatives au pétrole", du côté des énergies renouvelable mais aussi du gaz de schiste. Et de conclure : "Ryadh agit de manière rationnelle pour préserver ses intérêts sur le très long terme. En tous les cas, elle fait mieux qu’un pays qui a réussi à décrédibiliser le gaz de schiste alors que c’est une ressource qui peut devenir centrale sur le siècle à venir". Chasser le naturel, il revient au galop. Gaz de schiste quand tu nous tiens!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article