Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Avec le recul on se dit que c’était finalement une bonne idée de retirer au DRS sa prérogative judiciaire" note le chroniqueur Chawki Amari, tandis que Yacine Babouche observe: "En tentant d’éloigner le DRS des affaires politiques du pays, les réformes ont même repositionné les enjeux sécuritaires au cœur de la mission des services de renseignements.

Dans El Watan ce matin, sous le titre "De l'utilité organique du DRS", Chawki Amari, le chroniqueur du quotidien évoquant l'implication des officiers du DRS dans l'affaire de l'autoroute Est-ouest, écrit : " Avec ce triple ratage historique, que devient la marge de manœuvre du DRS et quelle est son utilité aujourd’hui, les cadres les plus corrompus traversant en gambadant les enquêtes d’habilitation du redoutable Département du renseignement et de la sécurité ? Si la faillite du système est plus profonde qu’on le croit, avec le recul on se dit que c’était finalement une bonne idée de retirer au DRS sa prérogative judiciaire". Le chroniqueur ajoute : "Pour le recentrer sur sa mission, qui devrait être principale, le contre-espionnage, comme cette opération qui a actuellement cours, traquer les agents du Mossad infiltrés en Algérie. En interne par contre, son rôle est discutable, et la célèbre institution masquée du plus célèbre des généraux masqués alias Toufik, devrait en profiter pour changer de nom comme cela a été le cas pour la SM, qui a reformulé sa dénomination avec le changement d’époque".

Sur le site TSA-Algérie, commentant les récents succès, qualifiés de"décisifs" de l'ANP dans la lutte contre le terrorisme, Yacine Babouche écrit: "Lorsque le président Bouteflika a procédé à des réformes en profondeur du DRS en novembre 2013 puis en octobre 2014, certains avaient crié au scandale. Les détracteurs prédisaient l’affaiblissement des services de renseignements algériens, rendant la lutte contre le terrorisme autrement plus compliquée. Ils annonçaient que la sécurité du pays était sacrifiée pour des enjeux politiques(...). "Contrairement aux prédictions, les réformes du Président n’ont pas affecté négativement la capacité du DRS à lutter contre le terrorisme. En tentant d’éloigner le DRS des affaires politiques du pays, les réformes ont même repositionné les enjeux sécuritaires au cœur de la mission des services de renseignements. Le résultat se voit nettement aujourd’hui sur le terrain. Les succès dans les opérations sont là et les attentats ou les attaques contre les forces de sécurité ont été fortement réduites."

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ali Gator 21/05/2015 23:20

Bhein voyons !
Tout le merite reviens donc à notre clairvoyant et perspicace fakhamatouhou que Dieu nous le garde ;