Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le chef du FLN parti majoritaire qui réclame la prééminence dans le gouvernement sera-t-il satisfait par le remaniement d'hier? Un banquier au ministère des finances, un ex-wali à l'intérieur, le directeur de l'institut du pétrole à l'Energie, un Pdg d'entreprise publique aux Transports, un recteur d'université à l'Enseignement supérieur, la directrice d'une agence de recherche scientifique à la Poste. La nomination de commis de l'Etat et de "techniciens" semble la caractéristique principale de ce remaniement "apolitique", qui semble amplifier une tendance amorcée en 2013.

"L’exploitation controversée du gaz de schiste fait tomber le ministre de l’énergie" titre le journal Le Monde dont le correspondant à Alger Amir Akef écrit : "Youcef Yousfi, surnommé « l’homme de schiste », s’est retrouvé au cœur d’une crise sans précédent en Algérie opposant les populations du sud au pouvoir central au sujet de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste". Achira Mammeri sur TSA-Algérie n'est pas convaincue par cette explication : "Aujourd’hui, son départ reste une énigme." Saïd Djaafer s'efforce sur HuffPost Algérie  de fournir des repères expliquant "le départ de l'homme de schiste".

Rien n'a été dit officiellement sur les motivations de ce remaniement, décidé par le Président. Mais, on peut aussi noter que certains postes sont concernés par l'état d'esprit des citoyens algériens. Y a t-il un rapport entre ces changements et les mouvements d'opinion sur des sujets très sensibles au cours de la dernière période: mouvement citoyen contre la fracturation hydraulique, forte et ample émotion des réseaux sociaux contre le mélange entre responsabilités publiques et business...

Le dernier remaniement ministériel  s'inscrit-il dans l'amplification des vibrations  à l’approche d’un point critique", pour paraphraser un blogueur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article