Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le ministère de l’Environnement, grand absent du débat algérien sur le gaz de schiste.

Le ministère de l’Environnement, grand absent du débat algérien sur le gaz de schiste.

Au lendemain du remaniement ministériel, retour au "nomadisme institutionnel" pour l'environnement? M'hamed Rebah s'inquiète dans Reporters-dz: "Dans ce paysage institutionnel remodelé, le risque pour l’écologie est qu’elle soit de nouveau oubliée en Algérie, alors que la protection de l’environnement correspond à l’intérêt de tous".

 

Le MATE disparaît : l'Environnement rattaché aux Ressources en eau dans le nouveau gouvernement

Par M'hamed Rebah, 16 mai 2015; Reporters-dz

Le remaniement partiel du gouvernement opéré jeudi 14 mai a touché le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement (MATE) qui éclate et disparaît, cédant son département Environnement au ministère des Ressources en eau (qui devient MREE) confié à Abdelouahab Nouri.

La création, en août 2000, du MATE avait constitué une première en Algérie, mettant fin, pour l’environnement, à près d’un quart de siècle de «nomadisme» institutionnel, depuis la création, en 1974, du Comité national de l’environnement. Près de 15 ans après, on a l’impression de revenir à la conception qui avait cours en 1977 quand une réorganisation du gouvernement, opérée en avril 1977, avait fait apparaître pour la première fois de façon explicite la «protection de l’environnement» dans l’intitulé d’un ministère chargé également de l’hydraulique et de la mise en valeur des terres. On peut espérer que les ressources en eau seront dorénavant bien protégées. Leur ennemi n°1 est, aujourd’hui, la pollution qui vient de partout : habitations non raccordées au réseau d’assainissement ou alors défaillances dans le fonctionnement du système, eaux issues des activités de l’agriculture et surtout les activités industrielles dépourvues de système d’épuration des eaux usées, comme le montre l’exemple significatif de la contamination du lac de Reghaïa, dont l’eau est utilisée pour l’irrigation des cultures qui sont pratiquées dans ce périmètre.

Dans ce paysage institutionnel remodelé, le risque pour l’écologie est qu’elle soit de nouveau oubliée en Algérie, alors que la protection de l’environnement correspond à l’intérêt de tous. Chacun, à tout âge,  peut y contribuer de diverses formes, depuis les plus classiques, par exemple, participer aux campagnes de reboisement en plantant des arbres, ou faire preuve de civisme en évitant de jeter les déchets ménagers n’importe où, et en s’abstenant de faire du bruit qui importune le voisinage, jusqu’aux formes les plus sophistiquées de l’action écologique malheureusement inaccessibles au plus grand nombre parce qu’elles correspondent à un «niveau  de développement humain optimum» que nous n’avons pas encore atteint, comme l’a fait remarquer Iman Houda Feraoun, dans une contribution publiée par un confrère. La chercheure qui est devenue ministre des PTIC nous a rassurés en nous rappelant que nous sommes encore très loin du niveau de développement où «nous nous sentirions coupables devant les accusations de crime contre l’environnement». Economiser l’eau et l’énergie, prévenir les catastrophes et ne pas construire dans les zones inondables ou à risque sismique, cela reste incompréhensible dans un contexte où nous avons toutes les peines du monde à tenir nos villes propres et à faire respecter le modus vivendi qui est à la base de la cohésion sociale en milieu urbain.

L’Algérie est considérée comme un pays « moins regardant » sur les questions écologiques ce qui se traduit dans notre cadre de vie par la saleté ambiante, la pollution de l’air et le bruit qui empoisonnent la vie des citadins, insensiblement. Le nouveau ministre chargé de l’Environnement, Abdelouahab Nouri, saura-t-il exploiter le potentiel qu’offre le mouvement associatif pour donner une plus grande impulsion aux efforts visant à faire émerger l’écocitoyenneté et faire renaître le civisme qui existait dans notre pays ? Evidemment, les institutions de l’Etat, particulièrement à l’échelle locale, celui de la commune, doivent donner l’exemple en matière de respect des dispositions législatives et réglementaires de protection de l’environnement. Sinon, inutile de se faire des illusions, rien ne changera.
Cela dit, beaucoup de tâches attendent le ministre, notamment revoir le programme national de gestion des déchets ménagers (PROGDEM) ainsi que le plan national de gestion des déchets spéciaux (PNAGDES), remettre en marche et développer le système surveillance de la qualité de l’air (Samasafia), pour ne citer que ces quelques aspects.

Source: Reporters-dz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article