Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Un pas vers la réappropriation de la ville? L'évènement à Constantine fut sans doute le spectacle de l'immense place de la Brèche "noire de monde".

"Une euphorie préfabriquée" titre El Watan en rapportant le "Lancement officiel de l’événement «Constantine, capitale de la culture arabe 2015», sans dire un mot  sur l'attitude des Constantinois. La veille, il avait cependant donné la parole à diverses personnalités de la ville pour alimenter un intéressant requisitoire  intitulé "Constantine etouffée par 60 ans d’Etat central".

"Sur le vieux rocher, les citoyens ne boudent pas leur plaisir" titre par  Le Huffpost-Algérie. qui met en ligne une profusions de vidéos et de photos de l'événement. May Sammane écrit: "De mémoire de Constantinois, la ville n'a pas vécu une telle effervescence et certainement pas en dehors de la période du Ramadhan. "Je n'ai jamais vu Constantine aussi animée. C'est comme si c'était une autre ville. C'est bien d'assister à ce genre de spectacle", affirme Yassine un jeune étudiant en Architecture. Sa jeune sœur, une lycéenne, ne détache pas les yeux du ciel illuminé par les feux d'artifice. "C'est la première fois que je vois cela. Ces spectacles, je ne les voyais qu'à la télé", dit-elle les yeux suspendus au ciel."

"Grande parade populaire. Les Constantinois n’ont jamais été aussi nombreux dans la rue" titre le quotidien Liberté. Lynda Nacer  note "la gestion “chaotique” de la foule que les autorités n’avaient pas prévue aussi nombreuse", après avoir décrit l'ambiance : " Il est 10 heures. L’ouverture populaire de la manifestation n’est prévue qu’à 19h, mais déjà les citoyens prenaient d’assaut les transports publics — malgré les bouchons monstrueux — pour converger vers le centre-ville. Certains ont préféré, exceptionnellement, abandonner leur voiture pour s’y rendre à pied. Dans une foule de plus en plus compacte, les familles, qui se perdaient de vue, essayaient, tant bien que mal, de retrouver les leurs. “C’est impressionnant de voir autant de monde dans la rue”, nous dit Fella, une septuagénaire qui essayait de se frayer un chemin dans l’immensité de la place de la Brèche, noire de monde, accrochées à ses jupons, deux têtes blondes.

"Les ratés et les attentes de Constantine" titre TSA-Algérie où Amina Boumazza note "l’ambiance extraordinaire obtenue grâce aux milliers de Constantinois qui arpentaient les rues à cette occasion", et conclut sur ces propos d'une jeune de la ville : « Nous attendons de voir les résultats sur l’année. J’ai entendu la ministre à la radio expliquer que tous les cinémas seraient réhabilités c’est ce genre de nouveautés que nous attendons. Nous manquons de loisirs. C’est pour ça que les jeunes traînent dans la rue ». 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article