Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Extrait d'un article de Pierre Le Hir paru dans le quotidien français le Monde intitulé "L'étrange résurgence d'un rapport sur le gaz de schiste en France". Le journaliste s'interroge sur la signification de la résurrection du rapport commandé en 2012 par Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, finalisé début 2014 mais jamais publié. Il affirme : "Seule certitude : il resurgit dans un contexte où les industriels du secteur s'activent pour rouvrir le dossier des hydrocarbures non conventionnels en France. Décryptage".

 

Par Pierre Le Hir, 7 avril 2015.

(...) La seule technique aujourd'hui disponible pour extraire les huiles et gaz de schiste de la roche-mère – la roche profonde (entre 1 500 et 3 000 mètres) et compacte où ils sont confinés – est la fracturation hydraulique. Celle-ci consiste à fissurer la roche en y injectant, à très forte pression, un fluide composé principalement d'eau, mais aussi de sable et d'un cocktail d'additifs chimiques toxiques.

Du fait des risques pour l'environnement, cette technique, par ailleurs très gourmande en eau et susceptible de provoquer des fuites de méthane, a été prohibée en France par la loi du 13 juillet 2011, votée à l'initiative de Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Une interdiction plusieurs fois réaffirmée par François Hollande  et par ses ministres de l'écologie successifs.

Le rapport commandé par M. Montebourg affirme que « les progrès technologiques spectaculaires permettent désormais de concilier l'exploitation des gaz de schiste avec le respect scrupuleux de l'environnement et de marier les hydrocarbures non conventionnels avec l'écologie ». Il préconise une autre méthode, dite « stimulation au propane pur ou au propane non inflammable ». En réalité, il s'agit toujours de fracturer la roche-mère, non plus avec de l'eau, mais avec du propane liquéfié ou un dérivé fluoré. L'avantage est de ne pas consommer d'eau et de ne pas nécessiter d'additifs chimiques.

Mais le propane pur est un gaz inflammable. Dans son rapport, l'Opecst indiquait que cette technique « n'est pas adaptée aux contextes très denses en population » et qu'il convient de l'« encadrer très strictement pour la sécurité des travailleurs et de la population ». D'où l'idée de recourir à une forme fluorée du propane, l'heptafluoropropane, non inflammable (en anglais non flammable propane ou NFP). Ce gaz, produit notamment par le chimiste franco-belge Solvay, est utilisé comme propulseur dans les inhalateurs médicaux et comme agent anti-incendie dans les bâtiments. Pour les gaz de schiste, son utilisation est développée par la société texane ecorpStim.

Mais, comme le relevait l'Opecst, ce procédé n'a pas encore fait l'objet d'essais à taille réelle. Il ne s'agit donc encore que d'une piste de recherche. En outre, comme le propane, le NFP est onéreux. « Pour que son exploitation soit économiquement rentable, il faudrait que ce coût soit compensé par les gains de productivité réalisés et par les économies faites sur les additifs chimiques et le transport », soulignait l'Office parlementaire.

Ce n'est pas tout. Le NFP est un gaz à puissant effet de serre : son potentiel de réchauffement climatique est environ 3 000 fois supérieur à celui du CO2, selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Les industriels du secteur considèrent eux-mêmes que son « empreinte écologique » est « très importante ». Au final, l'heptafluoropropane est loin d'être la panacée décrite par le rapport Montebourg et, à ce jour, il n'existe pas d'alternative « propre » à la fracturation hydraulique".

(...) « L'abandon définitif par le gouvernement de la recherche et développement sur toutes les techniques d'extraction de gaz de schiste est une bonne nouvelle pour le climat, confirme Matthieu Orphelin, le porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot. C'est dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l'énergie qu'il faut investir. »
 

Texte intégral : Le Monde.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article