Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Taux de change au noir fourni par site web

Taux de change au noir fourni par site web

M. Rebrab a obtenu ces dévises au taux officiel. Au 1er février 2015, ce taux était de 103 dinars pour 1 euro. 

 

Les dessous  de cette transaction inédite

"Cevital n’a pas quitté le capital de Djezzy comme annoncé précipitamment la semaine dernière faute de détails sur l’accord Vimpelcom-FNI. Le groupe de la famille Rebrab a finalement renoncé à son échange de titres à l’international pour céder sa petite part dans le capital de OTA. Explication, il avait besoin de détenir des actifs – titres de créances convertibles sur Vimpelcom, mobilisables comme garanties pour financer ses investissements en Europe. Mais cela s’est avéré finalement inutile car la banque d’Algérie a fini par pondre un règlement qui permet le financement à partir de l’Algérie des opérations extérieures d’entreprises algériennes. Et aussi par l’appliquer (...). C’est la première réforme qui fait bouger les lignes sur ce front sensible de l’investissement des entreprises algériennes à l’étranger. La Banque d’Algérie n’a cependant rien fait par elle-même. Cette disposition a été quasiment exigée par le pouvoir politique pour rendre possible la transaction Vimpelcom-FNI par laquelle l’Etat algérien devient avec 51% l’actionnaire majoritaire de OTA."

Source: huffpost-algerie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djamal Amran 25/02/2015 19:26

Cevital fait rentrer des devises dans le pays, en exportant ses produits; il est logique qu'il puisse légalement être autorisé à effectuer des achats d'entreprises à l'étranger, des entreprises dont les brevets et les procédés répondent au besoin de développement de Cevital en Algérie. Alors où est le mal ?

Saoudi Abdelaziz 25/02/2015 20:20

Le groupe de M. Rebrab devrait pouvoir se débrouiller. Ce ne sont certainement pas les devises qui lui manque, ni les possibilité d'accéder au marché des emprunts de la City de Londres, comme il l'avait d'ailleurs annoncé dans une première étape. Avec 278,35 millions de dollars de sucre, graisses et huiles végétales, l’entreprise pèse pour 13,82% dans le total des exportations hors-hydrocarbures. En ajoutant sa filiale Mediterranean float glass (MFG), 7e au classement, qui exporte pour 22,8 millions de dollars de verre plat et trempé (1,13%) et l’entreprise de pneumatique Michelin (14e avec 7,41 millions de dollars), le groupe Cevital passe en 2e position derrière Sonatrach.