Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Point de vue

Par Mohamed Madjour, 15 février 2015

(Texte souligné par l'auteur)

Liberté* rapporte la conclusion de la troisième édition « FIKRA » et titre fièrement : "Issad Rebrab : « Il faut libérer les initiatives » 

Une réussite personnelle, d’un groupe ou d’une famille n’est pas forcément la réussite d’un pays ! Que les initiatives doivent êtres libérées, voilà le « genre d’initiatives » qui ne peut être de la compétence des milliardaires privés qui travaillent pour leur compte !

Nous pensons qu’il appartient à l’État et à ses institutions et non aux milliardaires de libérer les initiatives, de favoriser celles qui sont les plus utiles et les plus rentables pour le pays ; les fortunes privées ne profitent ni aux jeunes, ni aux moins jeunes, ni aux vieux, ni aux morts et ni aux générations futures qui ne sont pas encore nées … Ce sont les richesses de l’État qui doivent être gérées avec sérieux et responsabilité pour qu’elles soient investies au profit de la collectivité ; la création d’emploi, la prise en charge des préoccupations de la société et la résolution des problèmes sociaux relèvent de la seule responsabilité de l’État et ne peuvent en aucun cas être discutées par ceux qui travaillent pour eux-mêmes !

Le peuple n’a jamais voté pour les barons des empires financiers, il a voté pour sesreprésentants à tous les niveaux ; c’est à eux  qu’il appartient  de répondre de la situation économique et sociale du pays durant leur mandant !

Que des empires financiers étalent leurs tentacules vers l’Afrique et vers l’Europe, qu’ils « sauvent des emplois » au sein des pays qui se disent parmi les « premières puissances économiques mondiales », voilà ce qui est éminemment insolite et ce que nous regrettons !
Posons-nous la question essentielle : Comment se fait-il que là où l’État ne fait rien, ne veut rien faire, ne réussit pas ou ne veut pas réussir, des empires financiers prennent l’initiative d’imposer leur mauvaise « FIKRA » qui consiste à abandonner le peuple et à l’orienter vers le pouvoir du Capital privé qui ne prend jamais en compte les intérêts des travailleurs et des salariés ! Y’a t-il incompétence ou collusion suspecte ?

Des le début de l’apocalypse de 1980, nous avions compris ou allait nous mener la« privatisation à l’Algérienne » qui consistait à accaparer gratuitement les richesses et les infrastructures de l’État et non à en produire d’autres par des moyens privés. Les Algériens ne comprennent pas que le privé qui veut investir son capital (s’il est légitime) doit êtresous contrôle de l’État et doit respecter les règles et les lois en vigueur ; le monde privé participe au développement national mais ne décide pas ni de l’orientation, ni des priorités ni des prévisions ! S’il y a beaucoup d’Algériens qui pensent le contraire alors je leur dit ceci : Pourquoi vous vous encombrez avec des bataillons de fonctionnaires et d’élus, pourquoi vous avez un parlement, un gouvernement et un président ; prêtez allégeance aux Barons milliardaires et mettez-vous sous leur protection !

Les peuples Nord Africains n’ont jamais connu la jungle du capitalisme sauvage ; non administrés pendant des milliers d’années, ayant subi l’occupation des plus grands empires et aujourd’hui mal gouvernés, ils doivent réfléchir longuement, se souvenir de leur culture d’entraide et de solidarité qui leur a permis de traverser les siècles obscurs et s’opposer aux plus graves dérives qui feraient d’eux les Grand Khammassa de demain au profit des empires financiers qui se construisent aujourd’hui sous la protection d’uneadministration des plus irresponsable !!!

RAPPEL : Jusqu’au début des années 1980, nous étions tous des travailleurs et des fonctionnaires au service de l’économie nationale dans une Algérie qui était la fierté du monde en voie de développement ; il n y avait alors aucun milliardaire ni aucun empire financier illégitimes qui affichaient leurs ambitions. Les entreprises nationales étaient à la pointe de la technologie, nous avions les meilleurs produits industriels qui étaient de qualité supérieure par rapport aux produits de l’importation !

La malédiction a fait de l’Algérie un importateur de la Khorda et du superflu en même temps qu’elle permet le foisonnement des fortunes les plus illégitimes et les plus diaboliques dans une atmosphère sociale nauséabonde qui refuse l’entraide et la solidarité nationale, les Algériens les plus riches refusent de verser même quelques Douros d’un import équitable !

Les Algériens comprennent qu’il a fallu une apocalypse pour qu’émergent subitement des fortunes diaboliques en l’espace de quelques années !!! Ils doivent comprendre aussi que leur consentement esclavagiste qui leur vient de la généreuse corruption généralisée du gouvernement  ferait d’eux les plus misérables de la terre, eux qui se donnent des qualités et des valeurs qui ne demandent aujourd’hui plus que jamais qu’à être démontrées et honorées sur le terrain ! Privilégier le monde privé au détriment de l’État et de ses institutions, voilà qui est une mauvaise FIKRA qui ne conduit qu’à la plus grande médiocrité nationale ! Les peuples intelligents sont fiers de construire des nations et des États forts et justes, ils ne sont pas fiers de se voir bousculés par ceux qui travaillent pour eux-mêmes, pour des familles et pour des clans !Ec Chaab El Adhim, il faut le mériter !

*http://www.liberte-algerie.com/actualite/issad-rebrab-il-faut-liberer-les-initiatives-220148

Lien : http://lequotidienalgerie.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article