Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Encore une fois le blogueur est épaté par la capacité du quotidien El Watan de recueillir (ou d'être breefé?) sur les opinions contradictoires d'officiers algériens sur le rôle de l'ANP en Libye.

 

Jusqu'ici, le point de vue officiel algérien c'est le refus de l'intervention militaire étrangère en Libye, le soutien patient et résolu à la négociation entre les forces politiques nationales libyennes bélligérantes. Le ministre Lamamra l'a rappellé hier en conférence de presse : «Nous ne croyons pas à la solution militaire, nous ne croyons pas que le fait de nourrir l’escalade par la fourniture d’armements ou par des mesures de ce genre serait de nature à favoriser le nécessaire apaisement des cœurs et des esprits afin d’aller vers la solution consensuelle que nous appelons de tout temps».

Encore une fois le blogueur est épaté par la capacité des reporters du quotidien El Watan de recueillir les opinions d'officiers de l'ANP, apparemment en grand nombre - "certains" et "beaucoup"- sur la situation en Libye. Opinions contadictoires groupées mais toujours anonymes. Quelques extraits de l'article paru ce matin, avec le titre accrocheur du week- end: "L’intervention égyptienne en Libye change la donne".

"La dichotomie qui existe au sein de l’ANP s’accentue entre les partisans de l’intervention et leurs détracteurs."(...).

"Certains pensent qu’il faudrait profiter du dispositif mis en place par l’ANP aux frontières Est pour littéralement «débloquer» les grandes villes libyennes et faire reculer les troupes d’Ançar Charia vers l’Ouest, où elles seraient prises en charge par l’armée égyptienne. D’autres privilégient un scénario semblable à celui qu’entreprend l’Egypte, en choisissant les attaques aériennes ciblées sur les regroupements de forces et l’infrastructure de Daech en Libye".

"Beaucoup considèrent, à juste titre, que la prétendue implantation des adeptes de l’Etat islamique à nos portes est un mythe. Même si des groupes ont fait allégeance à l’Etat terroriste en Syrie et en Irak, leurs bastions se situent à l’est de la Libye et sont de fait très éloignés de l’Algérie. La frontière algéro-libyenne donne du côté algérien sur un no man’s land saharien, rendant les éventuelles expéditions de groupes libyens très difficiles".

Mot de la fin. Le blogueur soutient la position du ministre algériendes Affaires étrangères qui concluait hier : «Nous veillons à être, en tant que pays voisins, une partie importante dans le règlement du conflit libyen et nous ne serons jamais partie au conflit», 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article