Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Bensalah obéit d'abord à ses parrains

Le chef du Rassemblement national démocratique (RND), créé par les services de l'Etat pendant la décennie noire, pour donner au système une assise électorale, n'oublie pas ses parrains filliation. Il  affirme, dans un style que l'argot algérois qualifierait de kachra oua toupi, que l'initiative du FFS pour réunir une conférence du consensus est vouée à l'échec. Abdelkader Bensalah précise pourquoi : «Aucune initiative ne peut réussir sans le parrainage des institutions légitimes de l'Etat et leur supervision directe». Drôle de chef de parti!

Aït Hamouda et Amar Ghoul, Ah'chmou 'ala 'aradkoum!

Le même jour, un autre membre de la famille révolutionnaire, le fils du colonel Amichouche, fait monter les enchères contre les gens de l'Ouest. Aït Hamouda pense sans doute que le filon anti-ouest est payant pour être populaire en Kabylie. Il fait donc mieux que Saïd Sadi : les traîtres ce ne sont pas seulement Messali Hadj, le fondateur de l'Etoile nord africaine ou Ahmed Benbellla, premier président de l'Algérie indépendante. Il pousse le bouchon plus loin : Le précurseur en traîtrise, vient aussi de l'Ouest, de Mascara précisemment. Ce fut l'Emir Abdelkader qui, après la déconfiture honteuse des occupants turcs, avait courageusement engagé le rassemblement d'une résistance national et jeté les bases des premières structures d'un Etat national algérien. La corde régionaliste n'est pas le monopole des épigones de Saïd Sadi. Amar Ghoul et son TAJ la font aussi vibrer. Ils considèrent les sit-in de solidarité du 24 février  avec les populations du Sud, comme une incitation à «consacrer le régionalisme parmi les Algériens».

Mission acomplie mon colonel!

Déploiement policier massif, hier en matinée pour barricader les accès de la Grande-Poste. Le sit-in de solidarité du mouvement Barakat avec les jeunes militants des droits de chômeurs condamnés à Laghouat n’a pu avoir lieu. Sept militants ont été interpelés, certains ont été acheminés vers le commissariat de Rouiba, puis relâchés après plus de 3 heures de détention. Mission accomplie mon colonel!

 Que se passera-t-il à Oran le 24 février?

Kaddour Chouicha de la Ligue oranaise de défense des droits de l'homme explique : «D’abord, on compte manifester pour exprimer notre soutien aux habitants d’In Salah. Après 50 jours de manifestations continues, on tient à leur exprimer notre solidarité.» Il précise qu’aux dernières nouvelles, le pouvoir a déplacé tous les camions et les engins d’In Salah vers Hassi Messaoud. «Mais il n’y a rien d’officiel : seuls les habitants ont constaté la disparition de tous les engins utilisés pour creuser le puits basé sur la fracturation hydraulique (...)

C’est pour cela que nous sommes solidaires avec les habitants d’In Salah quand ils réclament un moratoire.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article