Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les trois bonnes raisons de Benflis

Le titre d'ElWatan est dramatique ce matin : "Pouvoir-opposition : Le face-à-face du 24 février". Interrogé par le même quotidien Ali Benflis ne semble pas sur la même longueur d'onde.

"Vous organiserez demain, avec la CNLTD, des sit-in pour soutenir la contestation contre le gaz de schiste, mais vous ne sortirez pas avec des slogans politiques. Pourquoi ?

Ali Benflis. Pour trois raisons bien simples. La première est que l’objet de ces rassemblements réside dans la solidarité et le soutien à apporter à nos concitoyens d’In Salah. Il est donc naturel que les slogans qui seront arborés ou scandés portent sur l’objet même de ces rassemblements. La seconde raison est que des slogans autres que ceux-là auraient dilué ou obscurci le sens de notre message de solidarité et de soutien. Et en toute franchise, la troisième raison est que des slogans politiques nous auraient certainement valu des griefs de récupération politicienne de la pénible épreuve que vivent In Salah et tous nos concitoyens de la région. Ce dont nous sommes les témoins à In Salah est un éveil de la citoyenneté. Ils sont les acteurs de cet éveil, tout l’honneur et le mérite leur en reviennent. Nul n’entend s’approprier ou confisquer ce qui leur revient de droit". (Source: El watan.com)

Sport politique. Belle performance de Hafid Derradji

Sa cible : "La rencontre entre le Président de la République et les chefs militaires pour les informer du projet de révision de la Constitution". Il s'indigne : "Pourquoi les représentants de partis politiques, de la société civile et autres personnalités n’ont pas eu droit au même accueil et privilèges ?". Excédé par Bouteflika, il écrit : "Cependant, à chaque fois, il revenait sur ses engagements et ne respectait ni la Constitution, ni le peuple, ni les chouhadas, ni les moudjahidines, et encore moins l’opposition. On a l’impression que nous sommes face à un cas de vengeance contre tous, un cas de mépris et de dédain général comme si l’objectif était de limiter l’État, son histoire, sa civilisation et son avenir à un seul être". Niveau! (Source: TSA).

L'incantation  magique de NABNI

L'économie algérienne c'est un gros Titanic lourdeau à la veille de heurter l'iceberg invisible qui va le couler. C'est cette image hollywoodienne qui illustre le "énième plan" de sauvetage de l'économie algérienne proposé par le think tank NABNI, dont sigle glorieux signifie dire Notre Algérie Bâtie sur de Nouvelles Idées. Un quintette d'experts convoque donc les médias pour proposer des "réformes urgentes". Ces réformes exigent des "virages". Mais cela ne suffit pas, car "point de virage sans réparer le système de navigation et de gouvernance". Ce qui a obligé les Porteurs de Nouvelles Idées à plonger eux-aussi dans le marché politique déjà bien encombré de la "transition". 

NABNI a-t-il trouvé la formule qui fera mouche? Il propose la transition vers un "État de D.R.O.I.T.S, Détaché de la rente, Redevable, Ouvert, Inclusif, Transparent et Stratège". Vaste programme. (Source: Huffpost

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article