Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Pour ce juriste qu'on dit proche du chef de l'Etat, "Ce qui est attendu maintenant du pouvoir, c'est une ouverture totale et globale et non pas partielle".

"Il n'est pas normal de constater qu'en 2015 la liberté d'expression continue d'être traitée avec du bricolage...". Farouk Ksentini estime que la liberté d'expression ne s'est pas renforcée en 2014 et "les observations faites dans le rapport annuel de HRW sont justes quand elles relèvent un recul dans la liberté d'expression".

Le président de la Commission consultative des droits de l'homme estime que le contenu du rapport de HRW "sur les arrestations arbitraires de syndicalistes et d'activistes politiques a entaché l'image des des libertés et des droits de l'homme en Algérie. Je m'étonne quand on arrête et on emmène au commissariat de police un simple syndicaliste qui demande son droit ou un activiste politique d'un mouvement comme Barakat".

Farouk Ksentini note que le pouvoir parait peu soucieux de prendre ses précautions "pour améliorer et préserver son image vis à vis de la communauté internationale dans le domaine des libertés et des droits de l'homme".

Ksentini donne l'exemple de la loi 12-06 sur les associations que la Commission consultative a critiqué et dont les aspects limitatifs aux libertés ont été pointés par Human Rights Watch. "Ce qui est attendu maintenant du pouvoir, c'est une ouverture totale et globale et non pas partielle".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article