Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Abdelmalek Sellal en 2012. Photo AFP

Abdelmalek Sellal en 2012. Photo AFP

Le Premier ministre, pourtant ancien ministre des ressources en eau, où la longue durée est essentielle, semble avoir été absorbé par un "système" dont la mesure du temps est celle de l'esprit de courte-vue. Le site Maghreb emergent dont la direction est très favorable à l'exploitation du gaz de schiste tire: "Algérie-Exploitation du gaz de schiste : le gouvernement ne recule pas".

Le 22 novembre 2012, l'ancien ministre des ressources en eau, alorsrécemment promu au poste de premier ministre, expliquait devant les représentants du patronat et de la centrale UGTA sa démarche concernant le gaz de schiste. Abdelmalek Sellal prenait alors un engagement au non des "génération futures"  : "On ne va pas le pomper aujourd'hui mais à l'échéance très lointaine allant à l'horizon 2040".(lire Jeune afrique).

Deux ans plus tard, parlant hier à la télévision, il  effectue sans broncher un énorme bond en arrière, avançant de 18 ans la date de l'exploitation du gaz de schiste. 

Le gaz de schiste ne sera pas officiellement produit en 2015 mais dans sept ans. Sellal pense rassurer en disant que le gouvernement ne donnera pas de permis d'exploiter avant 2022. « D’ici 2022, nous allons réaliser des études sur le gaz de schiste, ni plus ni moins". 

Digression. Dans un de ses romans, Louis Aragon avait décrit la technique du "réactif" utilisée par la communication du gouvernement français en 1940 pour rassurer la population affolée par l'avance inexorable des blindés allemands vers Paris. La radio annonce faussement la prise d'Amiens située à mi-chemin de Paris puis dément la nouvelle quelques heures après. Le soulagement du à cet effet de "réactif" n'a pas empêché Paris d'être occupée quelques jours plus tard.

Les choses suivent donc leur cours. Le pouvoir consent à nous habituer à l'irréparable en faisant un plus grand effort de communication, comme le lui conseillent les spécialistes médiatiques. Hier, Sellal a donc cru "rassurer" en jurant que ce qui se fait en 2015, ce n'est pas encore de l'exploitation. Abdelmalek Malek affirme pourtant connaître les gens du sud, région où il avait représenté d'Etat algérien et "où son fils est né"Sans doute avait-il encore à l'esprit, en 2012, la place de l'eau dans l'échelle historique du temps qui rythme le destin populaire et nationale.

La communication télévisée d'hier consacre la sortie de Sellal de ce temps long. L'ex-ministre des ressources en eau, semble avoir été totalement absorbé dans un "système" régi par le temps de la courte-vue. "Une chose est sûre écrit ce matin Yazid Alilat dans le Quotidien d'Oran le mouvement anti-gaz de schiste a resserré les rangs dans le grand sud du pays, du Touat au Gourara, du Hoggar au Tassili. Toutes ethnies confondues."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article