Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Pourquoi passer par l'Anem pour embaucher, lorsqu'on peut le faire directement sur les chantiers? Comme au bon vieux temps de la flexibilité coloniale, quand il fallait aussi donner un coq au contremaître embaucheur? 

Ali Haddad, le puissant et systémique patron de Btp, qui a remplacé le débonnaire Réda Hamiani à la tête du FCE, va droit au but : la politique de l'emploi doit être subordonnée aux besoins exprimés par les entreprises, à travers, "l’exigence croissante de flexibilité du travail pour favoriser la création d’emplois".

Qu'un patron revendique des réglements l'autorisant à pressurer, juste le temps qu'il faut, une main d'oeuvre jetable, c'est naturel. N'est-ce pas l'idéal pour maximiser le profit? Mais que faut-il penser lorsque le nouveau patron des patrons affirme comme le rapporte le site TSA-Algérie :  "Paraphrasant l’ancien Secrétaire Général de l’UGTA, le défunt Abdelhak Benhamouda, M. Ali Haddad, a repris cette célèbre déclaration : « entre l’entreprise et l’emploi, je choisis l’entreprise ». Exit les contradictions d'intérêt entre patrons et salariés, l'entreprise est le lieu de l'union sacrée, sous l'égide de M. Haddad!

Ali Haddad pourrait donc aussi être habilité à parler au nom des syndicats. Sur  le Code du travail, par exemple. L'idée semble être partagée par le gouvernement. Le patron des patrons annonce, selon l'agence APS  : "Une commission mixte entre le ministère du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale et le Forum des chefs d'entreprises (FCE) va être mise en place, la semaine prochaine, pour l'élaboration du futur code du travail". Il précise : L'actuel code du travail, datant des années 1990, "nécessite une actualisation pour s'adapter aux évolutions du marché du travail et à l'émergence de nouvelles technologies" précise Ali Haddad à la presse à l'issue de sa rencontre avec le ministre du Travail, Mohamed El Ghazi".

L'APS précise : " Cette future commission devrait également examiner les problèmes et obstacles liés au chômage, à l'emploi et à la sécurité sociale et permettre un meilleur accompagnement des entreprises nationales créatrices d'emploi, a souligné, de son côté, M. El Ghazi".

Exit les syndicats de salariés dans cette curieuse tripartite à deux! Oua'yane rak, ya Sidi Saïd...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djamal Amran 31/01/2015 19:44

Il est encore de renvoyer ce minus à sa juste place. Les syndicats UGTA en tête sont appelés à rappeler au gouvernement la puissance de la rue et de la grève générale s'il le faut.