Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Djanina avec son père, Messali Hadj, en avril 1956.  Photo DR

Djanina avec son père, Messali Hadj, en avril 1956. Photo DR

"J’ai décidé en toute conscience de me mettre à l’écriture de notre Histoire car c’est un acte citoyen". Saïd Sadi, un des politiciens algériens les plus médiatisés de la Décennie noire tente une petite métamorphose pour rester dans la course médiatique. L'ancien président du RCD semble encore croire en son destin.

Mais quand un politicien "dans l'âme" se met à écrire de l'histoire pour alimenter ses meetings, cela donne des raccourcis qui font les "unes" sensationnelles qu'affectionnent les médias algériens. Ecoutons-le : « J’ai été choqué lorsque l’aéroport de Tlemcen a été débaptisé au nom de Messali, qui a pourtant dirigé un Mouvement armé contre l’ALN durant la révolution. Ce n’est rien d’autre qu’une prime à la trahison". TSA-Algérie qui s'affirme "le premier quotidien électronique algérien" en terme d'audience, titre naturellement le lendemain : "Messali est un traitre".

Mais la fille du fondateur de l'Etoile Nord Africaine veille. "Par inculture, vous utilisez des méthodes bassement diffamatoires" répond sur le même site Djanina Messali Benkhelfat. 

 

TEXTE INTEGRAL DE LA MISE AU POINT DE DJANINA MESSALI BENKHELFAT

« Je ne sais ce qui est le plus à plaindre chez vous, votre inculture, votre légèreté, la haine et la violence qui vous habitent, votre remarquable versatilité ou, tout simplement votre ringardise. En osant l’impudence  de comparer Messali Hadj mon père, au Maréchal Pétain en le qualifiant  de « traître », vous reprenez piteusement, dans un pur réflexe  pavlovien, un cliché désuet qui ne fait pas honneur au rang que vous ambitionnez d’occuper, celui de leader démocrate appelé à diriger un jour l’Algérie.

C’est cela, seulement cela, votre apport à l’immense quête de savoir et de vérité qui agite l’opinion à propos du Mouvement national algérien ? Plutôt que de vous installer dans la complexité du mouvement national algérien, ce que, manifestement, vous êtes incapable de faire par inculture, vous utilisez des méthodes bassement diffamatoires, franchement condamnables et qui éclaboussent la mémoire de milliers de patriotes et de militants qui se sont engagés avec Messali Hadj dans une lutte de tous les sacrifices afin de créer une conscience nationale, creuset du futur état algérien libre et démocratique, doté d’une Assemblée Constituante souveraine élue au suffrage universel.

Vous vous présentez depuis plusieurs années comme un démocrate progressiste, mais vous venez, avec vos propos de Sidi Aïch, de dévoiler le vrai visage de Saïd Sadi, l’ignorant de sa propre histoire, celui qui ne répugne pas à contredire les principes qu’il prétend défendre.Votre détestable stratégie consiste à dénigrer les symboles fondateurs du nationalisme algérien afin de légitimer votre propagande séparatiste, votre véritable fonds de commerce, alors que l’Algérie, mosaïque culturelle riche de ses particularismes ne demande qu’à s’épanouir dans un projet de société moderne et d’avant-garde digne du XXIème siècle.

La haine qui vous habite et votre manifeste inculture historique vous empêchent d’aborder le débat sur le mouvement national avec humilité, ce qui vous aurait aidé à mieux comprendre les difficultés du présent, à répondre aux quêtes de savoir qu’expriment les générations actuelles et, pour le futur homme d’État que vous cherchez à devenir, à faire le lien entre la perversion du mouvement national et les régimes autoritaires qui se sont succédé à la tête de l’Algérie depuis 1962 et que vous prétendez combattre.

Je dois, cela dit, vous concéder un mérite particulier : nul mieux que vous ne saurait parler de « traîtres » et de « traîtrise ». En la matière, vous avez votre réputation. Quand on passe sans vergogne du camp des boycotteurs à celui de soutien du nouveau président de la République puis, tout récemment, à celui d’allié du Front islamique du salut, on devient imbattable dans le jeu pervers de la trahison politique et je ne sais, cher Monsieur, qui de Messali ou de Saïd Sadi restera dans l’histoire comme traître à sa cause.

Un véritable leader démocrate marche au rythme de son temps, vous,  Saïd Sadi, vous marchez aux ordres. Votre sortie est commanditée par toutes ces familles rentières qui vivent de la falsification de l’histoire. Elles paniquent devant l’avancée de la vérité et de la lumière sur notre histoire.Voyez-vous, j’ai rencontré tant d’Algériens curieux de l’histoire à l’occasion de la signature de mon livre sur mon père, j’ai rencontré  tant d’Algériens avides de savoir, que j’en arrive à vous plaindre d’être si solitaire dans votre tour d’ivoire, engoncé dans votre ignorance et votre haine, tel un arbre desséché planté au milieu d’une Algérie mosaïque culturelle, riche de ses particularismes et qui ne demande qu’à s’épanouir à l’intérieur d’un projet de société moderne et d’avant-garde digne du XXIème siècle. Ceci dit, je vous informe que je suis en contact avec mes avocats afin de saisir la justice et vous poursuivre pour diffamation ». Source: Tsa-Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abencerage 05/01/2015 12:46

Saïd Sadi, soit il est fou, soit il est au service d'un groupe qui veut mettre de l'huile dans le feu.....

mo 04/01/2015 17:16

La digne fille de son père : la dignité avant tout; bravo!