Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La levée citoyenne qui se développe en ce début d'année 2015 pourrait-elle stimuler les forces politiques, dans la recherche de moyens plus démocratiques pour favoriser la citoyenneté? L'idée d'un "nouveau consensus" fait certes son chemin ces derniers jours, mais le consensus c'est pour faire quoi?

Saadani, le secrétaire du FLN affirme, à propos de la mobilisation contre la fracturation hydraulique : «la plupart des préjugés et idées reçues véhiculés sur ce projet sont montés de toutes pièces». Quelques instants après, il annonce le ralliement du FLN à l'intitiative de conférence du consensus proposée par le FFS, dont la finalité selon ce parti est de faire avancer "l'Etat de droit". Difficile de concilier avec l'Etat de droit la procédure utilisée par le pouvoir pour imposer à la hussarde son calendrier pour l'exploration puis l'exploitation du gaz de schiste. Pour l'instant, chez Saadani, la règle du consensus qui régit le pouvoir : "C'est mon avis et je le partage".

La conférence du consensus est prévue pour le 23 février. Jusqu'ici, l'annonce du ralliement du FLN n'a pas fait beaoucoup de commentaires. Pour Saïd Djaffar, directeur éditorial du site Huffingtonpost-Algérie, l'initiative du FFS est "un appel à la raison qui ne sera pas nécessairement entendu". C’est une attitude "différente de celle de la CNLTD qui pose comme condition le départ de Bouteflika et des présidentielles anticipées. Le FFS s’adresse au pouvoir, la CNLTD s’adresse à une partie du pouvoir pour lui demander de congédier Bouteflika". Il ajoute : "Vouloir le consensus "impose des choses lourdes, y compris de parler avec des gens qui peuvent nous paraitre insignifiants".

Pour Hacen Ouali, commentateur politique d' El Watan, quotidien proche des thèses de la CNLTD,  Le FFS "risque de voir son initiative galvaudée et servir l’agenda d’un pouvoir en fin de parcours et qui s’emploie vaille que vaille à reprendre pied".

Nouveauté. Abderazak Makri le président du Msp, libéral-islamiste, déclare vouloir discuter aussi "avec le pouvoir", selon TSA-Algérie, à contre-courant de la position de la CNLTD, dont il est, avec le RCD, un des principaux membres . Makri annonce "une prochaine et nouvelle série de concertations politiques, au nom du parti, avec le pouvoir et l’opposition.  en vue de l’organisation d’une transition politique, de la mise en place d’une vision économique rénovée et l’instauration d’un État de droit". Consensus=Transition, dit désormais M.Makri qui compte sur la force de sa sémantique pour convaincre le RCD. A suivre...

 Pendant ce temps, le FCE patronal prépare le nouveau Code du travail en tête à tête avec le ministre du travail de service. L'Etat de droit...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article