Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Jean Claude Juncker politise le rôle de la Commission de Bruxelles. Photo DR

Jean Claude Juncker politise le rôle de la Commission de Bruxelles. Photo DR

L'enquête politique menée à Alger, puis à Bruxelles, par les experts de "l'Action extérieure" de la Commission europénne a fait couler beaucoup d'encre en Algérie. La publicité donnée à cet innovation, ne serait-elle pas une manière de tester la résistance algérienne à cette nouvelle attribution que s'est arrogée la Commission et qui porte atteinte à notre souveraineté nationale? Cela ne concerne pas que l'Algérie, on le sait, le nouveau président de cet exécutif européen, Jean-Claude Juncker, s'est fait publiquement le champion de cette "politisation". L'immixtion de M. Junker dans la politique algérienne n'a cependant pas encore atteint le niveau dont souffre l'indépendance grecque. Dans ce pays, après avoir imposé sa thérapie par l'intermédiaire d'un gouvernement de larbins néolibéraux et devant l'engouement du peuple grec pour une autre politique, le président de la Commission pèse ouvertement de tout son poids en faveur du candidat  du parti  néolibéral Nouvelle démocratie actuellement au pouvoir appuyé par les "marchés"

Le site Mediapart fait le point.

 

Grèce: la Commission fait pression pour barrer la route à Syriza

 

Par Amélie Poinssot 16 décembre 2014 

EXTRAITS

C'est la première fois que le président de la commission européenne s'invite dans une élection nationale : jeudi 11 décembre, Jean-Claude Juncker a ouvertement pris parti pour la droite de Nouvelle Démocratie actuellement à la tête de l'exécutif grec. Une ingérence qui se confirme cette semaine: le commissaire Pierre Moscovici est à Athènes lundi et mardi

jeudi 11 décembre, Le président de la Commissioneuroéenne Jean-Claude Juncker a ouvertement pris parti pour la droite de Nouvelle Démocratie actuellement à la tête de l'exécutif grec. Une ingérence qui se confirme cette semaine: le commissaire Pierre Moscovici est à Athènes lundi et mardi.

 Les Grecs, qui ont déjà le sentiment d'être gouvernés par Bruxelles depuis le début de la crise, n'avaient certainement nul besoin de cela. Jeudi 11 décembre, dans une interview accordée à la chaîne de télévision autrichienne ORF III, Jean-Claude Juncker a déclaré qu'il ne souhaitait pas que « des forces extrêmes arrivent au pouvoir » en Grèce. Cette déclaration vise la gauche radicale de Syriza, premier parti d'opposition sorti victorieux des élections européennes, en mai dernier, et qui pourrait arriver en tête en cas d'élections législatives anticipées. Tout en prétendant ne pas vouloir s'exprimer sur un parti politique en particulier à l'occasion du scrutin présidentiel subitement avancé à ce mercredi, le président de la commission européenne a ajouté : « Ma préférence serait de revoir des visages familiers en janvier. »(...)

Jean-Claude Juncker, ce président qui s'était promis de politiser la commission, a donc saisi l'élection présidentielle grecque pour peser de tout son poids dans une élection nationale. La Grèce, une fois de plus, se trouve aux avant-postes en matière d'expérimentation politique... De fait, le pays a fait l'objet de toutes sortes d'ingérences ces dernières années. En parallèle des programmes d'austérité décidés depuis 2010, de multiples décisions ont été prises à Bruxelles pour mettre en œuvre de nouvelles mesures et les déclarations politiques de certains dirigeants européens n'ont cessé de considérer la Grèce comme un pays sous tutelle.

À maintes reprises, le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble a ainsi fait la leçon aux Grecs, se faisant le spécialiste des déclarations humiliantes au lendemain de prises de décision difficiles, exigeant chaque fois un nouveau tour de vis. À quelques jours des élections législatives de juin 2012, c'était même… François Hollande, fraîchement élu, qui s'offrait le 20 heures le plus regardé du pays pour appeler les Grecs à voter pour les partis de la coalition gouvernementale. Autrement dit le président socialiste en appelait à soutenir... la droite conservatrice d'Antonis Samaras.(...)

Cette intervention tombe alors que le premier ministre Antonis Samaras a subitement avancé, la semaine dernière, l'élection présidentielle initialement prévue pour février ou mars, dans une manœuvre menée de concert avec Bruxelles, destinée à couper l'herbe sous le pied de Syriza, dont la popularité ne faiblit pas depuis sa victoire aux élections européennes de mai dernier. En Grèce, le président est élu par la Vouli, le parlement, à la majorité des deux tiers, ou des trois cinquièmes après deux échecs consécutifs. La coalition gouvernementale ne dispose pas, en l'état, de cette majorité renforcée : cette manœuvre de convoquer l'élection plus tôt que prévu, à la veille des fêtes, est destinée à convaincre les députés non affiliés ou potentiellement hésitants de donner leur voix au candidat de la coalition.

L'affolement sur les marchés qui a suivi l'annonce de Samaras lui fournit l'occasion rêvée d'agiter la menace du chaos pour appeler à voter pour la « stabilité ». La bourse athénienne a connu en début de semaine dernière la plus forte baisse depuis 1987. (...)

En Grèce, ce genre de chantage n'a rien de nouveau. En 2012, déjà, le leader de Nouvelle Démocratie agitait la menace de sortie de la zone euro en cas de victoire de Syriza aux élections. La position majoritaire au sein de Syriza, rappelons-le, n'est pas hostile à la zone euro en tant que telle. En revanche, son programme passe par l'arrêt immédiat des politiques d'austérité et l'effacement d'une partie de la dette publique, restée à un niveau insoutenable. L'alternative simpliste "stabilité versus chaos" a en outre été brandie à chaque vote crucial depuis 2010, lorsqu'il a fallu décider de nouvelles mesures d'austérité et signer des accords avec les bailleurs de fonds.

« L'argument de la peur »

Les Grecs ne sont pas dupes, et n'ont pas manqué de réagir à la déclaration de Juncker. Ses propos ont été aussitôt tournés en dérision sur Twitter, où certains se sont mis à demander l'avis du président de la commission sur toutes sortes de questions. « Si je vote pour vos politiciens grecs préférés, pourriez-vous payer mon loyer et mes dépenses alimentaires pour quelques mois ? » interroge ainsi la réalisatrice grecque Zoe Mavroudi.

Les critiques ont également fusé du côté de Syriza, où les communiqués de la direction du parti et les interventions des députés se sont multipliés ces derniers jours pour dénoncer une telle ingérence. « Le gouvernement et la Troïka, après s'être mis d'accord sur toutes les nouvelles mesures d'austérité, procèdent ensemble au chantage auprès des députés afin de lever l'obstacle de l'élection présidentielle », a déclaré ce lundi Alexis Tsipras, le leader de Syriza, dénonçant « l'argument de la peur » brandi par l'exécutif.

Texte intégral : Mediapart.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article