Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le changement de cap qu'il faut imprimer au développemement national, autour de la suprématie du "productif", s'est encore affirmée dans notre pays à la suite de la baisse du prix du baril. Cette exigence rend encore plus nécessaire la construction du maillon politique manquant.

Et la recherche du nouveau consensus fondé sur la primauté de l'Etat de droit, pour mettre les institutions de l'Etat en mesure de faire face. Aujourd'hui, il faut bien se rendre à l'évidence que de puissantes tendances oligarchiques réussissent  à contrecarrer l'élan consensuel. Le complexe oligarchique a-constitutionnel s'est constitué au cours des trois dernières décennies en caste de plus en plus puissante. Derrière d'apparentes rivalités de clan ou de filiation, un consensus s'est constitué au fil des ans sous l'impulsion du DRS Historique . L'objectif exclusif est désormais de monopoliser le pouvoir décisionnel.

Pacte oligarchique

Pendant que les forces favorables à l'instauration de l'Etat de droit cherchent péniblement un nouveau consensus national, Issad Rebrab et Ali Haddad, les deux oligarches vedettes scellent leur pacte de Londres, sous les augures de la City, haut-lieu de la finance internationale. C'est l'accolade entre deux segments oligarchiques nés sous l'un sous la bénédiction du général Tewfik, l'autre sous celle de Bouteflika. La naissance et le développement des conglomérats algériens qui aspirent à l'hégémonie ont suivi le même parcours: accumulation dans les activités d'importation, puis reproduction élargie du capital, s'accompagnant d'une  conquête progressive des appareils idéologiques: chaînes de TV, journaux quotidiens, think tanks, instituts de formation, etc. Issad Rebrab est à la pointe de la construction d'un modèle alternatif.  Ce modèle oligarchique néolibéral aspire à phagocyter les centres de la puissance souveraine de l'Etat.

 Vive l'Etat urgence 

L'objectif visé est un basculement capable de déboucher sur une nouvelle dynamique de concentration oligarchique de la décision. Exit le débat, le mûrissement des alternatives, la mise à jour du maillon politique manquant. Il faut faire vite disent les "experts". L’oligarchie veut désormais en finir avec l'Etat providence, substituer au consentement et à la relation de dépendance, les mécanismes autoritaires de (non)redistribution. 

PS. "Vive la crise" titrai hier gaillardement le quotidien Liberté, le journal de M. Rebrab. Ce matin sur ses colonnes, Abderrahmane Mebtoul, le prolifique professeur néolibéral multimédia "met l’accent sur la nécessité d’installer une cellule de crise regroupant un représentant de chaque département ministériel avec des experts indépendants sous la coupe du Premier ministre afin de prendre des décisions en temps réel".

Ah les experts indépendants! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article