Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le terme de "bloc social plébéien" a été utilisé avant-hier par le blogueur pour désigner les forces sociales qui ont engagé ou appuyé à des degrés divers l'insurrection du 1er novembre 1954.

Le terme est bien sûr indicatif, car jusqu'à aujourd'hui, en dehors de la connaissance des membres des comités et groupes dirigeants, le recensement des Algériens ayant engagé l'insurrection aux quatre coins du pays n'a pas été effectué. (Lire Daho Djerbal : “Il faut commencer par les préalables”)

La plèbe désignait au temps de la république de Rome un large éventail de catégories sociales, des plus riches aux plus misérables, constituant  un mouvement d’opposition à l'Aristocratie ( patriciat) qui contrôle le Sénat et les institutions oligarchiques de la cité. 

Il faut aussi noter qu'en plus des catégories sociales "naturellement" plébéiennes, peuvent se joindre à la Plèbe, à titre individuelle, des patriciens (nobles) qui le désirent, car à Rome on était aussi membre de la plèbe par choix.

 

LES MEMBRES DE LA PLEBE ROMAINE

 

Les proletarii, ceux qui n’ont rien. Petits artisans, journaliers, voire employés non payés, ils doivent cependant connaître un métier, à la différence des esclaves. La puissance publique veille à leur assurer du travail dans les grands chantiers urbains.

La turba, plèbe des bas-fonds vivant pour l’essentiel des distributions publiques.

La grande masse des travailleurs agricoles libres qui ne possèdent pas la terre qu’ils exploitent. Ce sont les plus nombreux membres de la plèbe. Dans de nombreux endroits, les conditions s’apparentent aux travaux forcés, à une vie errante, un endettement chronique, incompatible avec la vie de famille.

La couche moyenne comprenant une large couche d’artisans (artes) avec plus de 160 spécialisations et les boutiquiers (tabernarii).

Les Homines quasi-boni catégorie qui désigne ceux dont le niveau de vie est comparable à celui de l'aristocratie patricienne. Ce sont les riches marchands en gros, (negotiatores)  et financiers (argentarii).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article