Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les bons grains à moudre de Kamel Daoud

L'Algérie à la fois exemple et contre exemple C'est ce qu'explique ce matin Kamel Daoud. Voici un extrait de sa chronique, le blogueur ayant toujours quelques bons grains à moudre dans les raïnaraïkoum : "L'Algérie devient un cas d'étonnement et d'études. C'est à la fois un exemple et un contre-exemple. Pour le général égyptien par exemple, l'Algérie est un exemple : l'Egypte nous a vendu le panarabisme, les généraux algériens lui ont revendu le manuel de « comment s'en sortir entre menace par la démocratie et menace par les islamistes ». L'Egypte d'Essissi avait rejoué l'épisode de 92 de l'Algérie et avec le même protocole : renversement, interdiction, « terrorisation » et antiterrorisme, lois d'urgence, usage kleenex des élites pour justifier le putsch et recours à l'équation sans solution de « soit la dictature, soit le califat ». La Syrie de Bachar a fait usage de la méthode algérienne aussi : pollution de la demande démocratique par la demande islamiste, elle-même polluée par la présence djihadiste, pour faire finir le tout dans le chaos de la guerre et s'en sortir avec la logique du 11 septembre américain et comme défenseur de la Global-War".

 

Hamid Grine, synthèse de Malraux et de Séguela

Quand une révélation d'Ahmed Fattani fait simultanément 8 colonnes sur la première et la dernière pages de l'Expression, il faut s'attendre au pire. La dernière fois, c'était le 29 mai 2013 avec ce gros titre "Bouteflika, le retour au bercail". Le patron de presse annonçait triomphalement : "Le président Bouteflika est attendu à Alger dans les tout prochains jours. Il est totalement requinqué et pressé de reprendre ses activités". La source est fiable nous assurait Fattani : "L'homme qui me reçoit dans une villa, sur les hauteurs d'Alger, compte beaucoup par son poids et l'influence qu'il exerce sur les rouages de la République. Sur la table du salon, trônent des dossiers qui se disputent l'espace réservé au plateau traditionnel de thé à la menthe. Ce responsable tient à garder l'anonymat. Il a ses raisons. Ce «verre de thé» laisse déjà exhaler de belles promesses sur le sujet des révélations qu'il s'apprête à me faire. Sa démarche est officieuse, cela s'entend bien".

"Les tous prochains jours"? On sait que, finalement, Bouteflika ne retournera au bercail que deux mois après, le 16 juillet 2013.

Aujourd'hui la révélation du patron de presse concerne le ministre de la communication. "Hamid Grine: ni ange, ni démon" titre l'Expression sur la une et la der. Fattani confie : "J'ai eu la chance extraordinaire de le compter parmi mes amis". Il le définit comme une sorte de synthèse de Malraux et de Seguela ayant l'ambition de "devenir le Gourou de la République». Lyrisme de l'amitié admirative: " Rien ne peut le faire reculer quand il s'agit de l'intérêt de l'Etat. Aucune pression ne le déstabilise, ni ne l'impressionne. Quand les choses s'enveniment, témoignent ses connaissances, le voilà reparti distribuant des claques, à gauche comme à droite, à tous ses contradicteurs". Cet éloge "amical" portera-t-il chance à M.Grine -comme à Bouteflika- "dans les prochains jours"? (Source: L'expression.dz)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article