Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

En ces temps de montages d'opérations transitionnelles en Algérie, El Watan a envoyé un journaliste en Pologne pour étudier les modalités d'une transition "réussie". 

 

"Un quart de siècle après la chute du régime communiste, la Pologne réussit sa révolution copernicienne". El Watan donne ce titre au reportage de Hacen Ouali en Pologne où est né le savant Copernic qui en découvrant que la terre tourne autour du soleil avait provoqué une révolution, c'est à dire un renversement de la représentation de l'univers. La Pologne a donc découvert, voilà un quart de siècle, que le pays tourne désormais autour de l'astre ultra-libéral.

Le reportage semble être surtout motivé par l'étude des modalités de la transition polonaise vers un régime libéral, préoccupation éditoriale centrale d'El Watan en ces temps de montage d'opérations transitionnelles en Algérie.

Mais un journaliste professionnel peut-il mettre sous le boisseau ce que qu'Adam Leszczynski, le célèbre journaliste polonais de la Gazeta Wyborcza écrivait dès juin 2011: "La Pologne est peut-être considérée comme l'une des réussites économiques de l'Europe, mais son système de santé et ses services sociaux s'effondrent. Et ses jeunes qualifiés préfèrent de plus en plus s'exiler plutôt que d'accepter des emplois très mal payés et sans avenir. Les Polonaises ont en moyenne 1,23 enfant, une très mauvaise nouvelle pour l'avenir du pays. Et quand il apparaît que les véritables raisons sont peut-être bien plus prosaïques – des services sociaux en dessous de tout, la faiblesse voire le manque de système de santé, l’absence d'emploi pour les parents et de crèches pour les enfants, le coût élevé du logement – les commentateurs sont mal à l'aise". (à lire son article dans The Guardian ).

"Oualou oualaou, pauvre jeunesse"

Le reporter d'El Watan évoque lui aussi cette autre révolution copernienne sociale qui s'est effectuée autour de l'astre ultralibéral.  «Une lourde facture sociale payée par les couches les plus fragiles de la société», Le chômage, faible dans les grandes villes, est devenu galopant dans les zones rurales. La région Nord-Est du pays est la plus touchée par un libéralisme tous azimuts. Le progrès politique réalisé n’a pas entraîné toute la Pologne dans le progrès social. Des centaines de milliers de Polonais sont jetés dans la misère. Ce sont les paysans qui ont payé la facture du libéralisme. La culture intensive, pour ne citer que ce secteur, a contraint des milliers de paysans au chômage», tempère Marta, une sociologue qui réalise des enquêtes d’opinion pour une boîte de sondages. «Pas moins de 2,5 millions de Polonais ont quitté le pays ces dernières années vers l’Europe occidentale, fuyant la misère. De nombreux jeunes qualifiés préfèrent de plus en plus s’exiler plutôt que d’accepter des emplois mal payés», ajoute-t-elle". Mais que l'on se rassure sur la jeunesse polonaise, du moins celle que décrit  Hacen Ouali dans la conclusion happy end de son reportage.  "La jeunesse polonaise, insouciante, se mêle à celle venue des différents pays d’Europe de l’Est et de l’Ouest pour festoyer à la vodka dans les nuits folles varsoviennes. Cette jeunesse se donne rendez-vous chaque soir dans les bars et les bistrots bouillonnants qui animent l’avenue de «Nowy Swiat», rêvant d’un nouveau monde". Oualou oualou pauvre jeunesse, disait autrefois aux passant l'Homme de Bab El Oued, le nä nä toujours dans les narines. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article