Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Signes des temps? un journaliste se plaint publiquement d'être censuré par la direction d'El Khabar, grosse pointure de la presse indépendante; les conducteurs de trains refusent d'être les boucs émissaires "officiels", le FFS fait descendre la politique dans les rues. Pendant ce temps le ministre de l'Intérieur invite les administrés à consulter les procès-verbaux des réunions des APW et autres APC. 

 

Démocratie dans une coquille vide

Faites comme les Américains aurait pu dire le ministre de l'intérieur et des collectivités locales Tayeb Belaïz lorsqu'il appelle les Algériens à utiliser au mieux les articles de loi régissant les collectivités locales et permettant la consultation des procès-verbaux des délibérations. Une possibilté  jusque-là “inconnue” du grand public, précise le ministre qui affirme : “Malgré les dispositions des différents textes de loi”, le droit de regard  du citoyen sur la gestion, par les élus, des affaires locales est presque inexistant. Commentaire de Mohamed Mouloudj le journaliste de Liberté qui rapporte ce matin ces propos très démocratiques : "Comment un citoyen pourra-t-il exiger le respect d’un droit au moment où même les élus évoquent une restriction de leurs prérogatives.Une restriction qui attente, disent-ils, au droit du citoyen à l’expression démocratique par les urnes".

 

Autocensure à El Khabar

Le journaliste Hamid Goumrassa se plaint d'avoir été censuré par la dorection de son journal El Khabar, un des poids lours fde la presse arabophone. Dans son article, il cite un document établi par le liquidateur de Khalifa Bank, Moncef Badsi, mettant en cause deux ministres actuels ment Bouchouareb et Tebboune. Ils auraient retiré respectivement près de 40000 dollars et 34000 dollars avec leurs MasterCard, offertes par Khalifa, actuellement détenu dans une prison en Algérie. Il affirme également que l’ancien ministre de la Communication Hamraoui Habib Chawki était lui aussi détenteur d’une MasterCard offerte par Khalifa Bank et qu’il avait retiré... 514 dollars. Le journaliste raconte sur son compte facebook : « J’étais sorti du journal quand le directeur m’a rappelé en me disant  qu’il avait appelé le rédacteur en chef pour retirer le papier, et qu’il m’expliquerait (les raisons) le lendemain. Le lendemain, il m’a dit: j’ai retiré le papier pour préserver les intérêts du journal. Je lui ai dit: il s’agit d’une censure? Il m’a répondu: tu l’interprètes comme tu veux! »

 

Déraillement. Les boucs-émissaires se rebiffent

«Nous sommes à 100% certains que la faute n'est pas due au conducteur du train. On lui a donné un signal qui n'était pas conforme à une déviation de voie. Et ceci est dû à une défaillance du block automatique», affirme Abdelkader Sid de la fédération des cheminots. Son explication est à l'opposée des conclusions de l’enquête prélimiminaire officielle qui incrimine une "erreur humaine". Les mécaniciens rejettent ces conclusions qui font d'eux les bouc émissaires des défaillances de la direction. “Nous avons déjà informé la direction des problèmes de signalisation et l’accident de la semaine dernière confirme qu’il y a une défaillance dans le système de signalisation . Les blocs automatiques datent des années 1985”, déclare M. Boulima, le représentant des grévistes, qui précise que “la grève est illimitée” tant que “leur sécurité et celle des usagers du train ne sont pas assurées”.

 

La politique descend dans la rue

Spectacle  inhabituel depuis bien longtemps dans les rues de la capitale où ces photos montrent Les militants du FFS d'Alger-centre et du Ruisseau  distribuant des tracts dans l'espace public et discutant avec les habitants."Pour mieux porter cette dynamique de reconstruction d’un consensus national au sein de la société" précise un communiqué rendant compte de la réunion tenu il y a quelques jours par Le conseil fédéral d'Alger du FFS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article