Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Le citoyen doit réfléchir et décider en dehors des matraquages médiatiques et des pressions qu’il subit chaque jour, œuvre de forces qui tentent par tous les moyens de lui brouiller la vue".

 

Consensus :

Tous, sans exclusion, nous sommes concernés" 

"La proposition du FFS refuse les deux extrêmes. Elle n’est pas avec le régime, comme elle n’est pas contre le régime ; elle est pour la construction d’un autre régime".

Par Brahim Tazaghart*, 20 novembre 2014

Concernant le Bilan du pouvoir, il y a un consensus qui se dégage entre tous les acteurs politiques. En effet, même les partis au gouvernement et les personnalités du pouvoir reconnaissent le bilan peu glorieux du système. Le chef de l’Etat lui-même l’a déclaré à maintes fois, allant jusqu’à dire que si j’étais jeune j’aurais peut être pris les armes contre un tel pouvoir !

Le problème n’est donc pas dans le bilan. A cet effet, la surenchère qui consiste à qui peut trouver les formules les plus assassines pour s’attaquer au pouvoir, n’offre aucune gloire lorsque nous savons que des gens se sont opposés et s’opposent encore au pouvoir par le moyen de l’action armée.

Or, face à la situation présente, dangereuse sur le double plans interne et externe, il s’agit de regarder l’avenir avec sérénité, responsabilité et avec comme souci, sortir le pays de la crise.

Pour cela, il faut penser profondément en tant que citoyens dont l’action d’aujourd’hui déterminera l’avenir de leurs enfants, et trancher pour une démarche stratégique du changement.

1) Changer le régime de l’intérieur comme il a été tenté pendant plus de 17 ans par Hamas, mais aussi par le RCD, El Nahda, et autres.

2) Changer contre le régime comme l’ont essayé les groupes armés islamistes.

3) Changer avec le régime comme le propose aujourd’hui le FFS.

La proposition du FFS refuse les deux extrêmes. Elle n’est pas avec le régime, comme elle n’est pas contre le régime ; elle est pour la construction d’un autre régime.

Sortir de la crise, consiste à refuser d’être le moyen des antagonismes qui la nourrissent et de se complaire dans des jeux de positionnement à l’intérieur du cercle qui la délimite.

L’autonomie de décision n’est pas un vain mot, elle est dans l’idée et dans sa mise en œuvre.

A cet effet, le citoyen doit réfléchir et décider en dehors des matraquages médiatiques et des pressions qu’il subit chaque jour, œuvre de forces qui tentent par tous les moyens de lui brouiller la vue.

Regarder ses enfants ; penser à leur avenir, à leur santé, à leur sécurité aide à prendre la bonne décision, celle de s’engager pour un changement pacifique, inclusif et participatif.

Tous, sans exclusion, nous sommes concernés.

Source: http://www.libre-algerie.com

Photo DR

Photo DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article