Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

A l'approche de la saison froide, il faut aménager des centres d'accueil décents. Des citoyens se sont rassemblés hier, avec banderoles et slogans, devant le siège de la  wilaya de Béjaïa pour demander aux pouvoirs publics de prendre en charge les "réfugiés de guerre subsahariens". (Photo DR)

C'est une initiative conjointe de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LDDH), du Comité de solidarité avec les travailleurs de Béjaïa, du MDS et du Comité des étudiants et enseignants de l’université de Béjaïa. Hocine Boumadjane, responsable du Centre de documentation en droits de l’homme de Béjaïa, préconise notamment, à l’approche de la saison froide, des centres convenables. Il évalue à 2000 le nombre de réfugiés présents dans la wilaya de Béjaïa, complètement livrés à eux-mêmes, dans des camps de fortune improvisés, avec comme seule ressource la générosité des citoyens.
 

MAZAL L'ESPOIR, B'GAYET!

Par Maâmar Farah, le Soir d'Algérie, 28 octobre 2014
 

Devant la démission du peuple, l'opportunisme de la grande majorité des cadres, le silence des élus et la fuite des élites vers des terres plus accueillantes, il reste les militants et leurs programmes politiques, leurs alliances contre-nature, leurs avancées et leurs reculs. Mais ces militants-là sont obnubilés par leur rôle d'opposants et axent tous leurs efforts sur la sphère politique. Ils sont incapables de réagir aux mille et une pulsations d'une société en totale décomposition.

Hier, je soulevais la question des familles subsahariennes et des réfugiés syriens jetés dans la rue et obligés de quémander un peu de nourriture pour survivre. Je parlais de l'indifférence des Algériens, voire de leur racisme très... ordinaire. Mais voilà qu'une information, venant de Béjaïa, me prouve qu'il y a encore des îlots d'humanité et de solidarité agissante dans cet immense océan d'égoïsme.

Des citoyens de cette wilaya ont manifesté pour que les réfugiés syriens et subsahariens soient pris en charge dans des conditions dignes. Il y a encore des Algériens qui n'oublient pas que beaucoup d'entre nous furent des réfugiés au Maroc et en Tunisie ! Qui n'oublient pas ce qu'a fait la Syrie et le Mali pour la Révolution et qui ne tiennent pas à ce que l'image des Algériens reste celle de gens indifférents aux malheurs des autres. Et faut-il s'étonner que ce cri du cœur vienne de la wilaya des hommes debout, celle qui a enfanté les plateformes de la Soummam et d'El-Kseur ? Source: Le Soir d'Algérie

 

Photo DR

Photo DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article