Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Après une première tentative de coulée, ArcelorMittal Algérie vient d'arrêter de nouveau le haut-fourneau N°2. L'arrêt des haut-fourneaux va donc se perpétuer. Jusqu'à quand?

«En attendant le diagnostic final, explique la direction générale la cause la plus plausible de cet incident serait l’effondrement d’une partie du garni de l’intérieur du haut-fourneau qui a provoqué la rupture d’une tuyère entraînant le refoulement».

Il y a deux mois, le même directeur général avait fixé la date du 20 août 2014 pour la remise en service du haut-fourneau n°2. En attendant, il annonçait l’importation de lingots d’acier destinés à fabriquer les tubes sans soudure commandés par Sonatrach. L'importation était exonérés de droits de douanes à la demande.

Quelques semaines plus tard, après l'échéance du 20 août, c'est encore de l'acier brut qui sera importé de Pologne, toujours sans droits de douanes, pour être transformés en fils et ronds à béton!

Comment en effet les laminoirs du complexe sidérurgique peuvent-il fonctionner sans haut-fourneaux et donc sans acier brut? Il faut donc continuer à importer de l'acier brut de l'étranger.

Mais comment et où? Chez Lakshmi Mittal, bien sûr, car on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Le multimilliardaire indien nous envoie l'acier brut produit par ses haut-fourneaux polonais, qu'il a fait réparer vite et bien en 2013 par sa filiale Arcelor-Mittal-Europe.

Digression. Lakshmi Mittal a aussi mis la main sur la plus grande partie des mines de charbon de Pologne, pas seulement pour chauffer ses hauts-fourneaux mais aussi pour alimenter les centrales électriques en Europe et aux quatre coins du monde, comme récemment vers l'Afrique du Sud. Mittal a racheté des mines de charbon partout dans le monde, récemment en Australie. En Algérie, après l'accord d'octobre 2013, la multinationale indienne ne va garder que 49% du capital de Arcelor-Mittal Mines qui gèrent les deux mines de Boukhadra et Ouenza dans la région de Tébessa. En attendant ces mines sont en léthargie et le feuilleton Mittal continue.

Photo DR

Photo DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Safiya 24/10/2014 20:40

Si cette escroquerie n'est pas dénoncée par "qui de droit" c'est qu'il doit y avoir des pépettes qui tombent dans certaines escarcelles... Et pendant le temps que ce monsieur multiplie ses milliards, les Algériens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté se multiplient eux par milliers.

One tow three viva la gabegie !