Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Après "l'Insurrection qui vient" publié en 2007 alors que s'amorçait la crise du capitalisme qui ne cesse de s'approfondir depuis, le Comité invisible refait surface avec un nouveau document intitulé A nos amis*. Il y pointe les ruses du capital qui ont réussi à bloquer le changement révolutionnaire et propose aux révolutionnaires européens une démarche évitant "le pacifisme et le radicalisme, deux tares jumelles". 

 

Quelques phrases.

 

« nous ne vivons pas une crise du capitalisme, mais au contraire le triomphe du capitalisme de crise »." Susciter le chaos afin rendre l'ordre plus désirable que la révolution". "Prévenir par la crise permanente toute crise effective". Cela s’apparente, à l’échelle du quotidien, à la pratique contre-insurrectionnelle bien connue du "déstabiliser pour stabiliser", qui consiste pour les autorités à susciter volontairement le chaos afin de rendre l’ordre plus désirable que la révolution. » . « En adoptant la gestion de crise comme technique de gouvernement », le capital a "substitué au culte du progrès le chantage à la catastrophe ». « on parle dorénavant de "crise" à propos de ce que l’on entend restructurer, tout comme on désigne comme "terroristes" ceux que l’on s’apprête à frapper. »

« le gouvernement n’est plus dans le gouvernement ». "Le pouvoir contemporain est de nature architecturale et impersonnelle, et non représentative et personnelle. »

"Nous perdons une à une toutes la batailles parce qu’elles sont toujours livrées sur un plan dont nous n’avons toujours pas trouvé l’accès » et que « nous cherchons le pouvoir à l’état solide quand cela fait bien longtemps qu’il est passé à l’état liquide, sinon gazeux ».

« Quarante ans de contre-révolution triomphante en Occident nous ont affligés de deux tares jumelles, également néfastes, mais qui forment ensemble un dispositif impitoyable : le pacifisme et le radicalisme ».

 

 

À ceux pour qui la fin d’une civilisation n’est pas la fin du monde ;

À ceux qui voient l’insurrection comme une brèche, d’abord, dans le règne organisé de la bêtise, du mensonge et de la confusion ;
À ceux qui devinent, derrière l’épais brouillard de « la crise », un théâtre d’opérations, des manœuvres, des stratégies – et donc la possibilité d’une contre-attaque ;
À ceux qui portent des coup
s ;
À ceux qui guettent le moment propic
e ;
À ceux qui cher
chent des complices ;
À ceux qui déserten
t ;
À ceux qui tiennent bo
n ;
À ceux qui s’organisen
t ;
À ceux qui veulent construire une force révolutionnaire, révolutionnaire parce que sensibl
e ;
Cette modeste contribution à l’intelligence de ce temps
.

Comité invisible
Le Comité invisible est une tendance de la subversion présente.

 


*250 pages - 10 euros. La Fabrique Editions

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article