Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Marina albiol guzmán. Photo DR

Cet article de Marina Albiol Guzman a été publié dans le quotidien publico.es. le 14 février 2014, sous le titre original de " La muerte llama a las puertas de Europa ". Son traducteur, un compatriote qui vit en Catalogne, préfère garder l'anonymat et signer un "lecteur du blog". Il explique l'intérêt de l'article : "Marina Albiol Guzman , députée de Esquerra Unida  del Pais Valencià revenait sur la mort, le 6 février 2014, de 15 immigrants (un massacre, tous noyés) qui tentaient de rejoindre Ceuta à la nage. La Guardia Civil avait tenté de les en dissuader à coups de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène. Huit mois après le drame , j'ai pensé que cet article pouvait t'intéresser, après la lecture sur ton blog du papier "MOS MAIORUM ..."

 

" La muerte llama a las puertas de Europa ".

Par Marina Albiol Guzman, traduit par un lecteur du blog

 

Les entrailles de l' Europe actuelle sont restées à découvert sur les visages terribles des immigrants qui ont perdu la vie pour avoir osé tenté de vivre, pour rêver d'un travail mal payé dans une société qui leur tourne le dos et n'hésite pas à les mener à la mort.Toute l'eau de la mer ne pourra laver le sang des mains de ces gouvernements qui appuient les lois répressives de l'Union Européenne conte l'immigration .

Nous vivons dans un monde chaque fois plus injuste , où les inégalités nord-sud sont chaque fois plus grandes. Où la moitié de la richesse mondiale est entre les mains de 1 % de la population. Un monde où des milliers d'enfants meurent chaque jour pour des causes évitables, la faim, les maladies curables, les guerres .

Pour cela, nous ne pouvons pas ignorer que, généralement, les personnes migrantes le font forcées par l'impossibilité de survivre en leurs sociétés d'origine. Elles fuient les guerres, la faim et la misère, les maladies, l'exploitation des multinationales appuyées par les gouvernements occidentaux .

Non seulement nous leur refusons le droit à migrer, nous n' avons pas non plus contribué à ce qu'elles puissent exercer leur droit à ne pas émigrer .

Il y a une part de responsabilité des pays qui les accueillent . Dans les pays d'Europe et d' Amérique du Nord. Le Nord, nous avons une responsabilité vis à vis du Sud. Des années de colonialisme et d'exploitation, qui continue de nos jours, avec la vente d'armes aux pays en conflit, les entreprises spoliant leurs ressources, et nos démocraties appuyant leurs dictaures.

Mais ici, en Europe, ce que nous faisons c'est les empêcher d'entrer, les enfermer, les expulser. L' Europe se consacre à construire des murs de plus en plus hauts pour préserver son bien être. Murs physiques, frontières, barbelés avec lames, symboles maximum de la cruauté humaine .Et des murs politiques, qui ont fait que, durant les quinze dernières années, des milliers de personnes ont succombé en mer. L'Europe est devenue une grande forteresse .

Noyés par l'absence de solidarité, de Lampedusa à Ceuta, tous sont morts de la politique de l' Union Européenne.

La politique de l'UE sur l'immigration est une politique répressive, une politique de "libre marché" à l'état pur. D'une part, la main d'oeuvre est attirée quand c'est nécessaire pour les intérêts du capitalisme européen, mais en même temps, on veut les immigrés seulement comme force de travail, comme marchandise au sens capitaliste le plus pur et cruel, mais sans leur reconnaître aucun droit, ni même le droit à la vie .

L'Europe se blinde contre l'immigration, comme s'il s'agissait d'un fléau .

Et ceux qui réussissent à arriver, les attendent la prison, les Centres de Rétention Administratifs (CRA) pour Etrangers, prisons pour des personnes qui n'ont commis aucun délit, enfermés pour ne pas avoir de documents. Les CRA sont des centres qui portent atteinte à la dignité et les libertés fondamentales de ceux qui tentent d'obtenir une vie meilleure .

Les barrières, les CRA, les lois répressives sur l'immigration, les barbelés, les balles de caoutchouc, et les lacrymogènes de Ceuta, font tous partie de cette Europe forteresse qui se blinde contre les victimes du capitalisme .

Les peuples d'Europe, la classe ouvrière, nous devons mettre fin à cela, abattre les murs des CRA, et arracher ces barrières de la honte qui fauchent des vies. Rappelant toujours que " le travail dont la peau est blanche ne peut pas s'émanciper là où on stigmatise le travail à peau noire ."

Photo DR

Photo DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Safiya 15/10/2014 15:23

Hier, lu colonialisme pur et dur se maintenait au moyen d'atroces massacres de masses, aujourd'hui, le néocolonialisme se maintient par la mort lente des populations au moyen de la faim, de la malaria, des conflits inter-ethniques et ceux qui veulent fuir leur mort programmée sur leurs propres contrées la trouvent aux portes de l'Europe... Rien n'a changé dans le Code de l'indigénat sauf la méthode.