Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Olivier Rech, responsable de la recherche énergie chez Beyond Ratings, analyse pour le journal économique françaisLa Tribune les raisons d'un cours du pétrole à un plus bas depuis avril 2013. L'exploitation du pétrole de schiste aux Etats-Unis pourrait être menacée si, de plus, les taux d'intérêts réels devaient remonter.

Propos recueillis par Nabil Bourassi, 9 octobre 2014. La Tribune.fr

EXTRAITS

La Tribune : Le baril de brent coté à New York est passé sous le seuil de 90 dollars pour la première fois depuis un an et demi. Comment analysez-vous cette situation?

Olivier Rech : On a déjà vécu cette situation au deuxième trimestre 2012 lorsque le baril était aux alentours de 90 dollars. Pour ce qui est de la situation actuelle, d'une part, nous sommes dans une période où chaque jour l'économie mondiale montre des signes de faiblesse. D'autre part, la production est toujours soutenue en grande partie du fait de la production du pétrole de schiste aux États-Unis qui continue à se développer. C'est la conjonction de ces deux éléments qui explique en partie cette faiblesse du prix du pétrole. En partie seulement, puisqu'en réalité la moitié de la baisse du cours du pétrole s'explique par un facteur monétaire, à savoir la hausse du dollar. Le cours du pétrole a nettement moins baissé dans les autres monnaies parce que compensée par la hausse du dollar.

 

Y a-t-il un seuil au-dessous duquel l'industrie du pétrole de schiste américain devient vulnérable ?

C'est effectivement une des questions du moment. La spectaculaire production du pétrole de schiste depuis quatre ans aux États-Unis est probablement l'élément disruptif qui a le plus modifié les trajectoires de long terme, et cela devrait se poursuivre à horizon 2016-2017. Maintenant, pour bien comprendre les hypothèses sur ce secteur il faut avoir en tête deux éléments. Il est vrai qu'on peut estimer que le coût de revient du pétrole de schiste se situe aux alentours de 80 à 90 dollars. A cet égard, on peut estimer qu'au cours actuel, les compagnies américaines sont à quelques encablures du seuil de non-rentabilité. Mais le vrai moteur de la production de pétrole de schiste aux États-Unis ce sont les taux d'intérêts réels très faibles voire négatifs. C'est l'apport de capitaux quasi gratuits qui alimente cette industrie. Une hausse des taux d'intérêt réels serait de nature à changer la donne, et le prix d'équilibre serait revu à la hausse, ce qui ne serait pas sans poser de problèmes aux industriels du pétrole de schiste.

Texte intégral : La Tribune.fr

 

"La moitié de la baisse du cours du pétrole s'explique par la hausse du dollar"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article