Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

ALLEG, OU L’HUMANISME CHEZ UN «BOLCHO »

Extrait du témoignage de Sadek Hadjerès 

(...) Dans la première décennie de ce siècle, Henri et moi étions sortis profondément déçus de la façon dont s’était déroulé un hommage au camarade Abdelhamid Benzine récemment décédé. L’impréparation sur le fond de la commémoration avait livré les souvenirs des amis participants à des évocations purement anecdotiques, réduites au souvenir euphorique de leurs rencontres bien arrosées avec le camarade disparu.

L’un des intervenants dont je ne dirai pas le nom mais que quelques- uns reconnaîtront, emporté par la verve d’islamophobie maladive qu’il développera plus tard, alla jusqu’à inventer ce qu’il considérait comme un acte social et politique glorieux, une supposée posture athéiste provocatrice de Hamid (il n’est pas sûr, affirmait-il avec jubilation, comme s’il y avait assisté, que Benzine face à la mort ait levé le doigt de la chahada, (profession de foi musulmane). J’observais avec stupeur que l’assemblée commémorative, dans la vague des épanchements sentimentaux anecdotiques, était passée à côté de l’essentiel, c’est à dire le souffle nouveau qui avait animé la rédaction du journal lorsque Hamid et d’autres y étaient arrivés.

À mon grand soulagement, Henri fut le seul à réveiller les esprits et donner consistance à l’hommage ; il rappela qu’avec l’apport de Hamid et de Mohammed Ferhat notamment, Alger-rep avait réussi à se dégager d’une tonalité culturelle francocentriste dominante et à s’ouvrir davantage au large public imprégné de culture arabe et islamique, au bénéfice des mobilisations de masse et des idéaux sociaux et démocratiques défendus par le journal (...).

Texte intégralhttp://www.socialgerie.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article