Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

En boycottant hier la séance d'adoption de la Loi des finances 2015, "le FFS veut, encore une fois, interpeller les membres de cette institution et ses responsables en particulier sur la légèreté dangereuse avec laquelle sont traitées les lois de ce pays". Les députés FFS déplorent notamment les délais infimes qui sont accordées aux députés pour étudier un projet de loi de "2000 pages". Ces "modalités  chaotiques" seraient-elles dues au seul bureau de l'APN? Trop facile! Cette "légèreté" à l'égard du pouvoir législatif n'est-elle pas d'abord une des caractéristiques du système politique algérien :  la représentation nationale n'a pour fonction que d'avaliser des choix. Le "Nouveau consensus national" auquel appelle le FFS pourra-t-il émerger d'un débat à fleurets mouchetés entre politiciens? Pourrait-on avancer sans poser publiquement et en toute franchise la nécessité de nouvelles règles pour gérer la Maison Algérie? 

 

Le FFS boycott la séance d'adoption de la loi des finances 2015

Une déclaration du Groupe parlementaire du FFS

29 octobre 2014

Le Front des Forces Socialistes décide de boycotter le vote de la loi de finances 2015. En fait, ce boycott lui est imposé par les modalités chaotiques avec lesquelles le projet de loi a été soumis aux députés.

Pour le FFS, la loi de finances est un moment fort de l’activité parlementaire et constitue la traduction financière de la politique du gouvernement pour une année. Elle nécessite donc un examen minutieux et ardu pour connaitre tous ses aspects. Malheureusement, il n’en a pas été ainsi.

Le projet de loi a été déposé au bureau de l’APN, par le gouvernement, le 1er septembre 2014, dans les délais. Il n’a été remis aux membres de la commission finances et budget que 28 jours plus tard, la veille de sa présentation par le représentant du gouvernement. De quels délais disposent les députés pour en débattre valablement avec le ministre ?

Le 15 octobre, le projet de loi est remis aux députés; une petite semaine pour étudier des «pavés» de plus de 2000 pages. Comment assimiler toutes les données en un temps si court ?

Le débat en plénière a été programmé alors que la commission finances et budget n’a pas terminé ses travaux ; son rapport partiel n’a été remis qu’à quelques heures du début des interventions des députés.

Le comble est atteint quand le rapport final de la commission n’est remis qu’aujourd’hui, le jour du vote sur la loi de finances.  

Tout cela pour constater, en définitive, que le projet de loi initial du gouvernement est resté en l’état ; tout au plus a-t-il subi un léger lifting pour plus d’attractivité.

Par cette décision, le FFS veut, encore une fois, interpeller les membres de cette institution et ses responsables en particulier sur la légèreté dangereuse avec laquelle sont traitées les lois de ce pays.    

P/ Le Groupe parlementaire du FFS, Chafaa Bouaiche

Source: http://www.ffs-dz.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article