Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Yousfi prend-il les Algériens pour des demeurés? Le ministre de l'énergie inaugure en grande pompe une "mini" centrale électrique "pilote" solaire tout en préparant activement la transition énergétique à grande échelle par le gaz de schiste, en communion avec l'Union européenne. Laquelle dépense quelques sous pour créer avec l'Algérie "un espace de valeurs communes" mais dissuade ses touristes de venir chez nous. "C'est à l'honneur des Suédois de ne pas accepter ces faux-semblants et de montrer la voie" écrit un éditorialiste algérien après l'annonce de la reconnaissance par la Suède de l'Etat de Palestine.

Le gaz de schiste d'Algérie c'est mieux que le soleil et les énergie renouvelables semble dire l'Union européenne en reportant à 2030, un projet d’interconnexion électrique avec l’Afrique du nord. Un coup dur contre l'exploitation de l'énergie solaire selon Le Desertec Industrial et Initiative (DII) et neuf de ses partenaires qui ont dénoncé cette décision. On sait que Desertec travaille sur un projet gigantesque de production d'électricité par les énergies renouvelables au Grand Sahara capable de couvrir la demande croissante en Afrique du Nord, avec l’option d’étendre les réseaux électriques aux pays voisins de l’Europe au travers de la Méditerranée. L'échéance de 2030 fixée par l'UE épouse celle de fixée par le pouvoir algérien pour atteindre le palier de l'exploitation à grande échelle du gaz de schiste. Le calendrier adopté par l'Union européen semble donc épouser celui de M. Yousfi? Une manière de conforter les réticences du pouvoir algérien à l'égard de l'exploitation à grande échelle des énergies renouvelables qui s'explique par la priorité donné au "modèle américain" de la transition énergétique par le gaz de schiste. On ne peut pas faire du schiste et du solaire à grande échelle en même temps. Pour brouiller les pistes, M. Yousfi inaugure spectaculairement une ou "mini" centrale électrique solaire, "pilote" pendant que l'UE dépensera en 2014-2017 entre 121 millions et 148 millions d’euros pour créer avec l'Algérie "un espace de valeurs communes, de promouvoir la stabilité et la prospérité et d’intensifier la coopération et l’intégration économique et régionale, en couvrant toute une série de domaines de coopération".

2,7 millions! C'est le nombre de touristes étrangers qui ont séjourné en Algérie en 2013. selon un rapport de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). La saison touristique 2014 verra-t-elle l'inversion de cette heureuse surprise? Anaysant la campagne médiatique actuelle Kharroubi Habib pense qu'elle vise à "accréditer la thèse que l'Algérie est en proie à l'insécurité quasi-généralisée". Il pointe derrière cette médiatisation le "calcul de parasiter l'activisme porteur dont fait montre sa diplomatie" pour faire avancer en Libye notamment une approche politique. Kharroubi Note note que "les prétendus «alliés stratégiques» de l'Algérie alimentent cette campagne "en émettant sur le pays des notes d'informations, voire même des interdits qui « créditent» la thèse qu'il est hautement dangereux de s'y rendre pour cause de terrorisme et d'insécurité à grande échelle."

"On a pensé immédiatement à Olof Palme après l'annonce, vendredi, par le Premier ministre suédois Stefan Löfven, de son intention de reconnaître l'Etat de Palestine. Elle a provoqué, sans surprise, des réactions outrées en Israël et aux Etats-Unis", écrit K. Selim dans Le Quotidien d'Oran. Il conclut ainsi son éditorial: "C'est à l'honneur des Suédois de ne pas accepter ces faux-semblants et de montrer la voie. «Ce n'est pas aux Etats-Unis de déterminer notre politique», a répondu la nouvelle ministre des Affaires étrangères et ancien commissaire européen, Margot Wallström. Olof Palme aurait approuvé sans le moindre doute. Sans la moindre hésitation".

Lire aussi: 28 février 1986 : les marchands d'armes ont-ils exécuté Olof Palme?

Photo DR

Photo DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article