Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"La situation a mûri" affirme Mohamed Nebbou, le nouveau Premier secrétaire du Front des forces socialistes, en inaugurant à Souk El Tenine, près de Béjaïa l'université d'été de son parti. "Il espère" que la conférence du consensus " pourra se tenir avant la fin de l’année, avec l’accord de tous les partenaires, pour réaliser le consensus le plus large possible. Nous avons tous besoin de renforcer la cohésion nationale, nous avons tous besoin de renforcer la cohésion sociale pour redresser le pays et préserver l’avenir."

Nebbou

Discours inaugural de mohamed Nebbou 

3 septembre 2014

 

Comme vous le savez, notre pays traverse une période difficile tant sur le plan interne, qu’au plan régional et international. Il y a de cela plus d’un an maintenant, lors de son 5ème Congrès, notre parti a appelé à la reconstruction d’un consensus national pour permettre, le redressement de notre économie, la construction d’un Etat de droit et un système politique ouvert respectant les pluralismes, les libertés et l’alternance politique.

Depuis, beaucoup de chemin a été parcouru. Et comme vous le savez, depuis une année nous avons travaillé sans relâche pour réunir les conditions pour la tenue d’une conférence de consensus. Aujourd’hui, je peux dire avec satisfaction que le consensus national ne rencontre plus guère d’opposition frontale ; aujourd’hui le consensus est devenu un terme familier aux Algériennes et aux Algériens, la phase de socialisation de ce mot d’ordre est bien avancée. Les réflexions sur les méthodologies de formation d’un consensus foisonnent et se multiplient. Chacun de nous est conscient de l’importance et de la valeur du consensus dans la situation présente.

La démarche et les méthodes pour arriver à un consensus ne sont pas inscrites à l’avance.

Je voudrais ici convaincre de la sincérité de notre parti. Nous prônons un dialogue loyal, à égalité entre les partenaires et nous-mêmes, un dialogue au même niveau d’information. Nous sommes convaincu que si l’éthique politique venait à être respecter tant dans le camp du pouvoir que dans le camp de l’opposition, il y a possibilité d’un consensus fécond et réel. Rechercher le consensus, ce n’est pas renoncer à ses valeurs, à ses principes, ni même à ses revendications, et surtout pas céder à des pressions ou à des tentations.

Tout au long de ces derniers mois, vous avez pu vérifier, à différentes reprises que notre parti est toujours fidèle à ses engagements primordiaux. Bien sur, dans notre esprit, il n’est pas dans notre projet d’aborder toutes les questions et tous les problèmes, lors de la conférence de consensus, ne serait ce que pour ne pas perdre de vue l’essentiel. L’essentiel aujourd’hui, pour nous,  c’est que le consensus émerge d’un certains nombre de règles communément admises et de l’individualisation de quelques priorités et urgences à caractère politique, institutionnel,  économique, social ou culturel.

Pour nous, le consensus est un enjeu vital s’il en est, un risque et une expérimentation. Nous avons essayé dans toute la mesure du possible d’éviter la précipitation, l’intransigeance, la surenchère et l’opportunisme. D’emblé, nous n’avons posé aucun préalable. Tout le monde n’est pas d’accord avec le consensus, mais je peux vous dire que nous ne sommes pas des amateurs, que nous ne tombons pas dans l’angélisme. Le FFS a su réagir à toutes les tentatives qui visaient à torpiller sa démarche. Ses réactions ont bouleversé tous les scénarios qui visaient à nous isoler et à fermer les voies du dialogue et du consensus.

La situation a muri, je crois que voici venu le temps de l’action et de l’exécution pour mettre sur pied la Conférence de consensus. Inchallah, j’espère pour ma part, que cette conférence pourra se tenir avant la fin de l’année, avec l’accord de tous les partenaires pour réaliser le consensus le plus large possible. Nous avons tous besoin de renforcer la cohésion nationale, nous avons tous besoin de renforcer la cohésion sociale pour redresser le pays et préserver l’avenir.

Source: http://www.libre-algerie.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article