Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

N'y a-t-il vraiment personne pour te relire, Mohamed Benchicou? Par Abdenour Dzanouni*

EXTRAIT du texte de Benchicou : « Ils ont laissé leur vie en France pour la liberté de notre pays », dit le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Morts pour la liberté de la seule France, eux, Ahmed, Djilali ou Mohamed, sans patrie et sans destin ? On a laissé dire et écrire cela ! Il ne s’est trouvé donc personne parmi la cohorte de « communicants » du pouvoir algérien pour dire que ces hommes, dans cette guerre mondiale, sont morts d’abord pour la libération du monde ? Il n’y avait personne parmi les gros bras du nationalisme algérien pour préciser que ces martyrs sont allés jusqu’au bout de cette guerre devenue la leur parce que, précisément, elle conduisait à la délivrance des hommes ?"

5 août 2014

Va défiler Mohamed Benchicou (2) ! Qu’as-tu besoin de te justifier ? À trop vouloir convaincre, tu fais douter de ta cause. Nombreux sont ceux qui aiment ta prose, ton talent de polémiste, ton verbe effilé et ton humour féroce. Mais faut pas abuser le lecteur!

Tu reproches avec quelque justesse au pouvoir algérien d’épouser sans discernement l’opinion du pouvoir français qui trompette que les « indigènes » se sont sacrifiés pour la France,  mais c’est aussitôt pour les faire mourir sous ta plume une troisième fois en claironnant : « ces hommes, dans cette guerre mondiale, sont morts d’abord pour la libération du monde ? Il n’y avait personne, dis-tu,  parmi les gros bras du nationalisme algérien pour préciser que ces martyrs sont allés jusqu’au bout de cette guerre devenue la leur parce que, précisément, elle conduisait à la délivrance des hommes .» Quelle délivrance? De quels hommes ?

Abdenour Dzanouni. DR.

Abdenour Dzanouni. DR.

La  plupart des historiens officiels, se copiant, ont écrit et répété que la première guerre mondiale a été provoquée par l’attentat d’un étudiant serbe contre l’héritier du trône austro-hongrois et son épouse en visite à Sarajevo. L'attentat lui-même a fait suite à l’envahissement de la Bosnie par l’Autriche-Hongrie, Bosnie que les serbes revendiquent.

En fait, ce n'est qu'un prétexte. Le partage colonial s'étant fait de manière inégale entre les puissances impérialistes, c'est tout trouvé pour en découdre et s'accaparer plus de territoires. L’Europe entière est alors secouée par un mouvement de contestation social et politique massif. Les gouvernements des empires colonialistes britannique, français, allemand, russe… appellent opportunément à la guerre contre  l’ennemi extérieur... pour avoir la paix intérieur. 

En France, Jean Jaurès s’y oppose énergiquement en dénonçant la guerre impérialiste où, prévenait-il, les peuples avaient tout à perdre. Jaurès est assassiné. Lénine appelle les soldats russe à déserter et retourner le fusil contre le tsar pour avoir la paix. Il prendra le pouvoir et le métamorphosera. Les alliances impérialistes se cristallisent, les wagons de trains et les soutes de bateaux sont remplis par tout ce que la terre porte de jeunesse indigène et indigente. Dix millions de morts et vingt millions de gueules cassées, de gazés, de manchots et d’estropiés… à la gloire et au profit des appétits impérialistes. Où as-tu dénicher que « ces hommes sont morts d’abord pour la libération du monde » ?

Citons Mohamed Ameur, né en 1894 à Oued el Alleug, près de Blida. Il est enrôlé de force par les gendarmes. Mouni, sa mère, éplorée presse le père d’aller vendre la vache et d’acheter avec cet argent un remplaçant pour son fils. À cette époque la loi coloniale permettait de se faire remplacer en versant une somme convenue à la famille du remplaçant. Le père s’empresse de vendre la vache, verse l’argent au voisin miséreux et court à la caserne avec le jeune loué pour la guerre. Arrivés là, il s’entend dire que son fils est déjà embarqué mais ils retiennent le fils du voisin pour l’envoyer à son tour au front. Le père est revenu désespéré chez lui, appréhendant l’accueil de sa femme quand il lui annoncera que tout est perdu : leur fils Mohamed, le fils des voisins et la vache !

Mohamed est mort à 20 ans, par une méchante journée de février, enterré dans un champ par la canonnière . Son corps ne fut pas retrouvé et n’aura pas de sépulture. « Disparu au combat » dit la fiche. Le gendarme est venu à la porte du gourbi annoncer à la mère que son fils ne reviendra pas. Elle a refusé de le croire. Un devin lui a dit que lorsqu’il lui resterait une seule heure à vivre, elle le verrait arriver au bout du chemin qui mène à sa maison en pisé et au toit de chaume. Et lorsqu’elle senti le grand froid l’envahir par les pieds, elle s’allongea sur une natte près de la porte et demanda à sa fille de la soulever légèrement pour qu’elle puisse voir, au bout du chemin, son fils Mohamed venir… comme le devin l’a prédit. Et elle ferma les yeux pour toujours.

Soufi revint à son village à Bouira les yeux, les muqueuses, la peau et les poumons brûlés par le gaz moutarde. Cet homme était admiré pour sa délicatesse et l’attention qu’il témoignait pour ses voisins, l’amour et le respect qu’il portait à sa femme Fatima et la tendre affection qu’il prodiguait à son fils Rachid. La terrible arme chimique, inaugurée lors de cette guerre, l’a tué à petit feu dans la souffrance indescriptible d’une interminable agonie.

Que te dire de Allal Mahfoud ? Il a été envoyé à la boucherie quand il avait à peine 14 ans. Il eut beau expliqué qu’il n’avait pas été déclaré à  l’Etat civil à la naissance car il "héritait" de celui de son frère décédé, sans être déclaré, six années avant que lui naisse, il fut déclaré apte au combat. Pourtant, il flottait dans son treillis et le fusil à baïonnette, crosse posée à terre, était plus grand que lui. Dans les tranchés, c’était le petit frère. Les grands du régiment le protégeaient, lui interdisaient de monter à l’assaut… Ils avaient pour lui, au moment de partir à l’assaut,  une tape affectueuse,  un mot gentil : « Reste ici, ne bouge pas, on revient tout de suite. » La plupart ne revenait pas. Et lui restait dans la tranchée dans la fureur des bombes et les cris terribles des soldats. Imagine l’horreur pour cet enfant quand cesse le feu pour permettre les secours et qu’il va aider à porter sur ses épaules et traîner les blessés et les morts. Grace à tous ses camarades, il survécu mais il revint les pieds gelés. 

Ces hommes, tous ces hommes étaient de chair et de sang ! Ils étaient trois cent mille algériens à être mobilisés de force et envoyés aux abattoirs, vingt mille moururent enterrés par les canons 77mm allemands. La moitié de ceux qui sont revenus étaient des débris humains, morts prématurément dans la misère et la souffrance. Nous pouvions encore les voir, dans les années cinquante, trainer leur carcasse par terre ou sur des béquilles et, eux qui n’avaient pas tiré le bon numéro, vendre des tickets de loterie, inventée pour leur donner un revenu de survie.  Il y a là quelque chose d’indécent à lire : « … ces martyrs sont allés jusqu’au bout de cette guerre devenue la leur parce que, précisément, elle conduisait à la délivrance des hommes ? »

Aucun des Mahfoud, Soufi et Mohamed n'a été  tellement  enthousiaste, comme tu le chantes, à aller à la guerre pour « libérer le monde ». Pour les uns, ils y ont été jetés par la force, pour d’autres, c’est la misère qui les a poussé à gager leur vie et à remplir les calles des navire pour nourrir la mitraille et les gaz funestes. Je te cite un conteur, vecteur d’opinion, en témoin de l’époque : « La première guerre mondiale allait dépeupler les villages, appauvrir les souks et attrister les familles. Le cœur n’était pas à la fête. Les caïds et les gendarmes faisaient la chasse aux conteurs soupçonnés de propager le « défaitisme » en temps de guerre. Les attroupements étaient présumés suspects et très surveillés. Mais cette surveillance était subtilement déjouée par Cheikh Othman. Il  changeait un mot par un autre, comme les « coqs » pour les « lièvres », dans la fable de Loqman et  jetait une lumière crue sur la guerre.

« La guerre, un jour, éclata entre les aigles et les coqs. Ceux-ci vinrent trouver les renards et leur demandèrent secours et assistance contre les aigles. Mais les renards leur dirent: "Si nous ne vous connaissions pas et si nous ne savions pas quels sont vos adversaires, nous vous aiderions volontiers."

Des murmures et des toussotements entendus parcouraient  l’assistance. Un signal prévenait de l’approche du chaouch. Le conteur changeait de thème à l’arrivée du supplétif du colon… »

Tous ces faits d’histoire, ces petites histoires qui font les grandes, comme tu dis dans un tout autre sens, tu peux les vérifier autour de toi en toute confiance. Nous y reviendrons dans le détail. Mais d’abord, apportons une nuance au sens de ce 14 juillet que tu veux, Mohamed, nous vendre comme la mère de toutes les batailles et pour laquelle l’Algérie et le monde devrait avoir une reconnaissance éternelle.  Cette fête a été adoptée en 1880 pour célébrer deux événements : la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 que tu évoques et le jour de l’union nationale dite la fête des fédérés, réconciliant  le monarque et les parlementaires, datant du 14 juillet 1790, et que tu omets de citer. La signification tronquée que tu donnes de cette date relève donc ou de l’ignorance ou de la mauvaise foi.  Mais peut-être qu’El Hadj Alzheimer s’en est mêlé depuis et dans ce cas tu es absous de tout reproche. 

Toutefois, comme tu en fais la base de ton argumentaire, que dis-je la pierre de taille du temple que tu élèves à la gloire du 14 juillet, il suffit qu’elle ne soit pas solide pour que tout s’écroule. Ouf ! Pour un peu, les algériens ne célébreraient plus qu’elle en lieu et place des 5 juillet et 1er novembre qui n’auraient selon toi jamais existé sans ton 14 juillet, absolument cardinal, d’où sont parties, selon toi toujours, toutes les révolutions.

Ceci dit tu as le droit de défiler derrière le canon 75, et même de le chevaucher, lui l’unique survivant de la boucherie dont la France anthropophage a célébré  le centenaire. Défile quand tu veux et pour qui tu veux, Mohamed, mais n’oblige personne à le faire et surtout n’insulte pas ceux qui estiment que l’Algérie n’a rien à y glaner. Alors, roulez tambours ! Sonnez trompettes ! Parade toute honte bue! Pendant ce temps, en aparté, je fredonne, la chanson de Georges Brassens :

« Le jour du 14 juillet,

Je reste dans mon lit douillet

La musique qui marche au pas,

Cela ne me regarde pas

Je ne fais pourtant de mal à personne

en n'écoutant pas le clairon qui sonne… »

NOTES

(1) Voilà un siècle, le 28 juin 1914, un jeune nationaliste serbe de Bosnie, Gavrilo Princip, tue l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois. Celui-ci venait d'envahir la Bosnie, revendiquée par la Serbie. Ce fut le pretexte du déclenchement d'une des guerres les plus meurtrières de tous les temps et des dizaines de millions d'hommes y furent sacrifiés aux intérêts des impérialistes. Ceux-là puisèrent en masse dans la jeunesse des pays colonisés comme en témoigne cette photo de l'embarquement des algériens au port d'Alger. En foule, les jeunes, à peine habillés, sont embarqués dans la soute des navires au large pour être dévorés par la guerre. Quelle famille n'a pas été meurtrie dans sa chair, en Afrique comme ailleurs? 

 (2) Cet article répond à celui de Mohamed Benchicou que vous pourrez retrouver à cette adresse: http://archives2014.tsa-algerie.com/2014/07/14/lalgerie-et-les-festivites-du-14-juillet-1-la-gifle/

*Abdenour Dzanouni, journaliste, ancien directeur d'Alger-Républicain

Source : Paris rep'

N'y a-t-il vraiment personne pour te relire, Mohamed Benchicou? Par Abdenour Dzanouni*

Commenter cet article

Tirailleur 01/09/2014 19:04

La Premiere Guerre Mondiale est une guerre extremement bien documentee. Cette information est publique et existe largement sur Internet.
Il suffit que nous - en tant que nation cherchant a connaitre son passé - allions a sa rencontre.
On apprendra des choses sur nos ancetres. Tant sont morts a 20 ans, peu de mois après leur engagement, force ou pas. D'autres sont morts, en veritables vieux guerriers. Leurs 'fiches' existent. Les journaux des unites, du corps d'armee au bataillon, existent et peuvent nous aider a partager un chemin long de 4 annees avec nos ancetres. Des sites, parfaitement tenus par de veritables connaisseurs de cette guerre mentionnent nos soldats.
Avec ca, Benchicou n'aura plus de balivernes a nous raconter sur nos braves.