Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

A l'exception du journal El Watan qui botte prudemment en touche en attendant sans doute de nouveaux tuyaux de ses "sources", dans les quotidiens algériens c'est plutôt le soulagement qui domine après la mise au point du Premier ministre Sellal excluant l'intervention de l'ANP en Libye.

 

Sous le titre "Sellal à propos de la Libye : L'armée algérienne n'interviendra pas " Moncef Ouafi écrit dans Le Quotidien d'Oran: " De nouveau et pour la énième fois, Alger affiche clairement sa position vis-à-vis du dossier sécuritaire libyen et prône la voie du dialogue pour en terminer avec les violences armées qui minent ce pays depuis la chute du régime de Kadhafi. Moncef Ouafi poursuit dans Le Quotidien d'Oran Et cette sortie de crise, Alger la voit indéniablement dans la mise en place d'un gouvernement de consensus avec l'aide des pays limitrophes. Ainsi, M. Sellal écarte toute action militaire concertée en déclarant qu'« il faut parvenir à créer un consensus pour mettre en place un gouvernement et des institutions capables de diriger le pays».

Une intervention étrangère : on sait quand elle démarre, mais on ne sait pas quand elle se termine". Le quotidien Liberté cite cette formule de Sellal.  B Djilali  écrit :"L’Algérie continue de prôner et de défendre une solution politique à la crise libyenne. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a rappelé, jeudi, à Washington, le sacro-saint principe que l’armée algérienne n’intervient jamais en dehors des frontières. La solution, selon M. Sellal, est dans la mise en place d’un gouvernement de consensus avec l’aide des pays voisins".

"Sellal dément à Washington un quelconque déploiement de l'armée algérienne en libye: l'ANP n'opère pas hors de ses frontières". C'est le titre qui fait la une du quotidien Reporters qui résume ainsi la mise au point du chef du goiuvernement après les révélations sur des plans d'intervention de l'ANP en Libye: "Le Premier ministre affirme que la solution stratégique pour aider ce pays voisin à sortir du chaos est de l’aider à reconstruire le dispositif institutionnel et politique qui lui manque tant. C’est là, a-t-il expliqué, le seul moyen viable pour lui d’améliorer durablement sa sécurité et de poser moins de problèmes pour la sous-région".

"Ils poussent l'Algérie à mettre les pieds sur un terrain miné" observe Ikram Ghioua l'Expression.  "Il y a trois ans, au nom de la liberté et la démocratie et sous prétexte de protéger la population du «monstre», ces pays occidentaux ont fait intervenir l'Otan, assassiné le colonel Mouammar El Gueddafi et rasé le pays. Aujourd'hui, ils deviennent aveugles, sourds et muets aux maux de cette même population. En fait, cette situation les arrange-t-ils pour forcer l'Algérie à commettre un faux pas? Assurément! Mieux encore, l'Algérie est sollicitée pour intervenir directement sous une couverture de l'ONU et de la Ligue arabe, au-delà de ses frontières! C'est une preuve de lâcheté déguisée des Occidentaux, d'une part, car ces puissances n'ont plus les moyens ou peut être les compétences pour instaurer une stabilité dans ce pays qu'elles ont déserté l'une après l'autre et d'autre part, elle poussent l'Algérie à mettre les pieds sur un terrain miné où on pourrait l'accuser de commettre des crimes. 

El Watan botte en touche. Le quotidien El Watan, qui multiplie depuis quelques mois les arguments et révélations sur "l'imminence" d'une intervention de l'ANP en Libye, n'a pas encore réagi au démenti du Premier ministre. En attendant de nouveaux tuyaux de ses "sources", Il publie un curieux article confectionné avec des avis contradictoirement étuidiés de lecteurs... anonymes. On peut notamment lire dans cet "avis" intéressant: '"El Gueddafi, rien. En 50 ans, le colonel El Gueddafi n’a rien fait : pas d’écoles modernes, pas d’agriculture, pas d’universités, pas d’industrie, pas d’infrastructures modernes, pas de TGV, pas de gares modernes, pas de développement économique. Rien, il pensait qu’il était propriétaire du pays. En plus, il a pris l’argent du pétrole pour le placer à l’étranger dans des banques bien à l’abri, soit 200 milliards de dollars, et à la fin le pays est cassé".

"Pays cassé"? Le "lecteur" d'El Watan livre une resucée de la propagande de guerre de l'OTAN en 2011! Notre quotidien indépendant de référence devrait plutôt lire les documents de l'ONU : En 2013, malgré une situation de quasi-guerre civile, la Libye est le premier des pays maghrébins, dans le classement du développement humain rendu public le 25 juillet dernier par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

Photo DR

Photo DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article