Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Observateurs d'Amnesty International à Ferguson, USA. Photo Jessica Lussenhop

 

Jamais Amnesty International ne s’était rendue aux Etats-Unis en qualité d’"observateur". L'ONG a donc décidé pour la première fois l’envoi d’une équipe aux Etats-Unis, dans la ville de Ferguson, secouée par les violences urbaines depuis la mort d’un jeune Afro-américain abattu par un policier blanc. 

 

La mission des 13 observateurs est d’observer les actions de la police, et d'entrainer les activistes locaux aux "formes de manifestations non-violentes" a indiqué le quotidien britannique The Independent. Selon Amnesty International, les États-Unis sont très mal placés pour donner des leçons à d’autres pays en termes de droits de l’Homme. "US can't tell other countries to improve their records on policing and peaceful assembly if it won't clean up its own human rights record". C'est le texte du tweet d'Amnesty international datée du 19 août. Traduction : « Les États-Unis ne peuvent pas dire aux autres pays d’améliorer leur gestion des rassemblements publics s’ils ne sont pas capable de respecter eux-mêmes les droits de l’Homme »

Le directeur exécutif d’Amnesty International aux Etats-Unis, a critiqué dans un communiqué cinglant le couvre-feu mis en place par le gouverneur du Missouri Jay Nixon. "Nous critiquons les dictateurs lorsqu’ils répriment la dissidence et font taire les manifestants avec des méthodes telles que le couvre-feu, nous ne nous tairons pas lorsque cela se passe chez nous."

Photo Jessica Lussenhop

Photo Jessica Lussenhop

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article