Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Photo DR. les islamistes Salafistes du parti Al-Nour soutiennent Abdel Fattah al-Sissi contre les islamites Frères musulmans

 

 

 

Dans un long texte intitulée "Le retour du fascisme dans le capitalisme contemporain", publiée sur le site Forum de alternatives   Samir Amine étudie la naissance et l'évolution des mouvements fascistes divers dans le monde. Samir Amine note  d'emblée le trait commun des régimes fasciste habituellement décrit par les marxistes . Ils  "acceptent  tous d’inscrire leur gestion de la politique et de la société dans un cadre qui ne remet pas en cause les principes fondamentaux du capitalisme, à savoir la propriété capitaliste privée, y compris celle, moderne, des monopoles". Samir Amine conclut sa longue compilation par les menaces fascistes dans nos régions. ce qui semble être la vraie finalité de l'article.

"Les soulèvements populaires des années récentes à partir de 2011 ont remis en question les dictatures concernées. Mais seulement remis en question" note le chercheur qui pose dans "l’horizon court visible" trois hypothées: "Un retour possible au modèle national populaire de l’ère de Bandoung, peut être avec un zest de démocratie ? Une cristallisation plus marquée d’un front démocratique, populaire et national ? Un plongeon dans l’illusion passéiste qui prend ici la forme d’une « islamisation » de la politique et de la société ?"

 

Samir Amine énonce que les Etats Unis et leurs alliés subalternes européens "ont fait leur choix : le soutien préférentiel aux Frères Musulmans et/ou aux autres organisations « salafistes » de l’Islam politique, parce que la raison en est simple et évidente : ces forces politiques réactionnaires acceptent d’inscrire l’exercice de leur pouvoir dans le néolibéralisme mondialisé (et donc abandonnent toute perspective de justice sociale et d’indépendance nationale) ;  et c’est cela le seul objectif poursuivi par les puissances impérialistes".

Samir Amine énonce : "De ce fait, le projet de l’Islam politique appartient à la famille des fascismes de sociétés dépendantes". Il ajoute : "Ce mode de pouvoir islamiste est donc le garant que les sociétés concernées demeureront dans l’incapacité absolue de s’affirmer sur la scène mondiale. Force est de constater que les Etats Unis sur le déclin ont renoncé à obtenir mieux – un pouvoir local stabilisé et soumis – en faveur de ce « second best ». 

Mon avis sur le vif. Pourtant les USA et les Occidentaux ont avalisé leur habituel "first best" -avec les réserves d'usage mais sans trop réchigner-, le coup d'Etat anti-frères musulmans et le pouvoir autoritaire qui a suivi, imposé avec la bienveillance des salafistes.

il y a quelque chose de "forcé" et même de "baclé" dans la démonstration du chercheur égyptien,  notamment l'amalgame entre Frères musulmans et salafistes.  En Tunisie, la "dérive fasciste" présentée comme inévitable parce que de "nature génétique"  des Islamistes tunisiens proches de la Confrerie ne s'est pas confirmée. Bien au contraire, ils se sont ralliés au pacte constitutionnel républicain national et démocratique et l'on observe que le fossé est profond entre Enahda et les salafistes. Dans tous les cas, on peut s'attendre à ce que l'article de M. Amine fasse chez nous les délices de ceux qui dénient aux Islamistes de filiation Frères musulmans toute capacité d'évolution vers des lignes politiques  "nationale, populaire et démocratique".

 

 

 

Photos DR

Photos DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article