Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Youssef Yousfi le 1er juin 2014 avec Ernest Moniz,  secrétaire d'Etat américain à l'Energie. Photo APS

L'Algérie, "accusée de nationalisme énergétique", fait objet, selon Youssef Yousfi le ministre du gaz de schiste, de "tentatives de déstabilisation" qui "visent à l'empêcher d'exploiter son potentiel en hydrocarbures".

Quelles sont donc ces puissances veulent destabiliser l'Algérie?

 

La France? On sait que Total et M. Fabius attendaient avec impatience le feu vert qui vient d'être donné à la fracturation hydraulique. L'Amérique? Au début du mois, Youssef Yousfi s'affichait en long et en large avec le secrétaire d'Etat américain à l'Energie, Ernest Moniz. Ce dernier lui a donné la bénédiction en déclarant : "Nos compagnies sont intéressées par le marché algérien parce qu'elles ont une grande expérience en matière (d'exploitation) de gaz et de pétrole de schiste qui nous a permis d'assurer un boom économique et une indépendance énergétique. J'espère que l'expertise acquise durant ces dernières années, sera également utilisée en Algérie"

Youssef Yousfi utilise même le témoignage US pour nous rassurer : "Avec la partie américaine, nous avons discuté des risques générés par l'exploitation des gaz et pétrole de schiste sur l'eau et des précautions à prendre dans le processus de production. Il s'avère que l'exploitation des hydrocarbures non conventionnelle n'est pas plus polluante que les autres ressources".

La prudence n'est donc plus de mise. Youssef Yousfi a décidé qu'il faut frapper fort l'opinion publique pour lui faire avaler la couleuvre. Il fut un temps où ce ministre était plus circonspect. Il déclarait: "l'exploitation des gaz de schiste est un domaine complexe et à très fort contenu technologique. Nous sommes conscients que le chemin reste long pour réunir les conditions propres à une exploitation rationnelle et sûre de ces ressources considérables». C'était à Oran en février 2012. Le ministre de l'Energie Yousef Yousfi précisait les conditions à réunir : «Beaucoup de questions restent encore posées dans beaucoup de cas, notamment celles liées à la gestion de l'eau et des produits chimiques souvent utilisés, ainsi que la réglementation adéquate à mettre en place pour permettre cette exploitation avec un moindre impact environnemental".

Aujourd'hui l'accord avec le lobby pétrolier passe avant tout. Youssef Yousfi a oublié les produits chimiques et abandonne toute retenue en déclarant: "Il disent qu'on va assoiffer le pays. Nous n'allons pas assoiffer le pays. La quantité d'eau pour une exploitation à grande échelle du schiste est inférieure à celle qu'on utilise actuellement pour le conventionnel". (APS)

Il y a quelques mois, WikiLeaks, la plateforme des lanceurs d'alerte, publiait des documents confidentiels qui révèlent que l'industrie pétrolière mettait au point la plus importante campagne environnementale jamais connue. Son objectif est de contrer les oppositions des défenseurs de l'environnement. Ces oppositions sont classées en catégories allant de "réalistes" à "radicales"La méthode a été appliquée à la lettre hier par le bon élève Yousef Yousfi qui explique aux journalistes qu'il faut distinguer entre opposition "sincère" et "tentatives de déstabilisation".

 

 

 

Photo APS

Photo APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ouas Ziani 22/06/2014 17:03

J'ai pris la liberté de reprendre à mon compte vos interrogations et de développer votre billet dans le blog ci-après :
Merci.
http://lequotidienenalgerie.blogspot.com/2014/06/youcef-yousfi-et-le-gaz-de-danders.html