Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

"Un point d’ordre SVP !" s'exclame Madjid Laribi dans Libre Algérie à propos de la rencontre entre la CNTLD et deux dirigeants du FIS dissous, Djeddi et Guemazi, "mandatés par d’autres cadres du même parti pour parler en leur nom".

Le journaliste note: "Dans les 5+1, il y a des acteurs qui, il n y a pas si longtemps, avaient condamné et jugé coupables d’autres acteurs politiques qui avaient noué langue avec les dirigeants du FIS pour les ramener sur le terrain politique et mettre fin au drame qui secouait le pays, lors du contrat national signé à Rome en 1995. Ils avaient tout simplement interdit à des algériens de parler à d’autres algériens". La question est posée: "Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui un parti comme le RCD, après avoir voué aux gémonies tous ceux qui l’on fait par le passé, amorce des discutions avec les cadres-dirigeants du FIS ? D’un point de vue proprement politique, l’on ne peut que constater que ce parti, avec lui d’autres, commencent, enfin, et pourvu que cela dure, à faire réellement de la politique. Une mutation dont il faut en prendre acte !"

 

Grève des sidérurgistes de Bethioua

 

Dans la nouvelle zone industrielle de Bethioua , le complexe sidérurgique turcTosyali est secoué par une grève depuis samedi dernier.

Les ouvriers visent notamment la nouvelle section syndicale, «un instrument aux mains de la DRH» selon eux. Pendant que la plateforme des revendications déposée il y a plusieurs semaines n'a pas avancé d'un iota, la DRH «ne prend pas de gants pour licencier ou traduire des travailleurs devant le conseil de discipline». Le 8 octobre 2013, une grève sauvage avait paralysé l'usine, dont l'accès avit été bloqué par les travailleurs excédés". Ces derniers semblent " visiblement mal ou pas du tout encadrés" note Ziad Salah dans Le Quotidien d'Oran.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article